Peuleux | Le monde de Spirou et Fantasio


RMC

anciennement : Radio Monte-Carlo, RMC Info

Histoire de la radio

A l'issue de la Seconde guerre mondiale, les gouvernements français et monégasques reprennent la radio de propagande créée par l'occupant allemand pour le sud de la France. Radio Monte-Carlo émet en ondes courtes.

Dans les années 1950, la radio ne diffuse qu'en journée sur la Côte d'Azur et reprend largement les émissions des Programmes de France.

En 1965, la radio arrive en ondes longues et peut désormais rivaliser sérieusement avec ses concurrentes nordiques dont Europe n°1 et Radio Luxembourg. La station assume pleinement, et revendique même, son statut de "radio des vacances". De jeunes animateurs font leur arrivée parmi lesquels José Sacré, Pierre Lescure ou Jean-Pierre Foucault.

En 1974, RMC élargit sa zone de couverture en ondes longues à tout le sud de la France; La radio vit de belles heures et lance même un programme en italien en ondes moyennes et un programme en arabe depuis Chypre (RMC MO intégrera le groupe RFI à la fin des années 1990).

L'audience et la popularité de RMC ne cessent de croître grâce à la convivialité et à la proximité qu'elle développe avec ses auditeurs, elle devient aussi un laboratoire où de jeunes talents viennent s'épanouir (Alain Chabat, Christian Bordes alias Jules-Edouard Moustic, ou Marc Toesca) qui préfigurent ce que seront les radios libres des années 1980 mais aussi des noms devenus célèbres comme. Patrick Roy ou Zappy Max.

RMC ouvre des bureaux régionaux à Marseille, Lyon, Montpellier et Bordeaux ainsi que de somptueux studios à Paris, rue Magellan.

En 1978, RMC se lance dans la FM en inaugurant de nouvelles antennes sur la Côte d'Azur : RMC Côte d'Azur puis RMC Rock et RMC Classique, ainsi qu'une station en langue anglaise. Plus tard RMC rachète Radio Nostalgie et Radio Montmartre.

Les années 1980 marquent le début du déclin de la radio. En 1981, la nouvelle direction supprime des rendez-vous traditionnels alors que Jean-Pierre Foucault quitte les matinales pour RTL fort de son succès à la télévision. Les nouvelles émissions tendent à éduquer un public jugé trop populaire. L’audience ne suit pas.

En 1983, ce grand changement est remis en cause mais il est trop tard : la station a déjà perdu un grand nombre d’auditeurs et l'arrivée des radios FM ne favorisant pas leur reconquête. RMC n'est plus la radio novatrice d'autrefois et malgré les efforts d'animateurs comme Laurent Cabrol, Michel Cardoze et Patrice Roy (qui laisse un grand vide lors de son décès), l'audience ne remonte pas.

Dans les années 1990, la station change de logo, d'habillage et fait appel à des stars du petit écran ou de la bande FM comme Alexandre Debanne ou Laurent Baffie. Mais la radio souffre une crise d'identité : elle a des ambitions nationales mais son public traditionnel du Sud délaisse cette station devenue trop parisienne. Malgré les différentes campagnes de promotion l'audience baisse inexorablement.

En 1993, Yves Mourousi (directeur des programmes) est remplacé par Jérôme Bellay qui a fait ses preuves en fondant France Info puis LCI. La radio effectue un repositionnement sur l'information mais l'audience n'est toujours pas au rendez-vous. Jérôme Bellay part à Europe 1 appliquer avec succès les mêmes recettes qui n’ont pas fonctionné sur RMC.

Au printemps 1994, RMC fait appel au seul homme capable de la sauver : Jean-Pierre Foucault qui devient directeur des programmes. Revirement au sud, la radio part à la reconquête de l’auditoire traditionnel perdu. Un engouement renaît alors pour la station. C'est l'arrivée de Julien Courbet (transfuge de NRJ), d'André Fassetta, de Jean-Claude Bourret, des Chevaliers du Fiel (débauchés à Sud radio) ou de Patrick Sabatier et le retour à l'antenne de Jean-Pierre Foucault.

L'audience décolle enfin mais la radio mène un train de vie au-dessus de ses moyens et l'Etat, actionnaire principal, précipite le processus de privatisation.

En 1998, après plusieurs tentatives avortées, le groupe RMC est privatisé et démantelé : Nostalgie est cédée au groupe NRJ qui en fait la deuxième radio musicale de France. Radio Montmartre est rachetée par le groupe LV & Co et devient MFM. RMC quant à elle est cédée aux laboratoires Pierre Fabre déjà propriétaires de Sud Radio et doit faire face à trois plans sociaux marqués par des grèves de personnels. Les bureaux régionaux sont fermés, les studios parisiens déménagés, 110 des 600 collaborateurs sont maintenus.

En mars 1999, l'antenne de RMC subit un remodelage complet. Sous le slogan "Changez d'air !", elle devient un programme musical ponctué de chroniques et les interventions des animateurs sont limitées à quelques secondes en plus d'être fortement formatée. L'audience ne progresse pas mais le programme est plus économique ce qui permet à la station de survivre en attendant mieux.

A la rentrée 1999, RMC accueille Bernard Tapie qui vient dialoguer quotidiennement avec les auditeurs et accueille de jeunes journalistes en parallèle des opérations de numérisation de l'antenne et de la rédaction (ce qui allège le travail donc les charges financières).

En mars 2000, RMC devient l’espace d’un printemps un véritable programme généraliste : Jean-Luc Reichmann arrive avec un jeu interactif en matinées, José Sacré et ses chroniqueurs assurent un magazine en fin d'après-midi, Malher discute le soir depuis un an et François Sorel parle multimédia. Le reste de la grille est musicale. La radio retrouve ainsi une certaine cohérence entre programme musical et émissions élaborées.

En avril 2000, les sondages annoncent une audience de + 15% et la radio s'installe dans des studios ultra modernes sur le port de Monaco.

Le 5 juillet 2000, alors qu’on pensait le destin de RMC stabilisé, un coup de théâtre survient : la station est vendue au groupe NRJ avec comme projet une radio tout info. Or, la loi française sur l'audiovisuel bloque ce rachat (NRJ Group détient déjà NRJ, Chérie FM, Nostalgie, Rire & Chansons).

Le 13 novembre 2000, NRJ Group renonce finalement à ce rachat. Alain Weill démissionne de ses fonctions de directeur général de NRJ et rachète RMC en partenariat avec le groupe NextRadio (groupe indépendant qu'il vient de fonder).

Le 22 janvier 2001, il met en place une grille "news talk" et de nouveaux rendez-vous d'information apparaissent peu à peu à l'antenne.

En juin 2001, la station est rebaptisée RMC info pour mieux affirmer ses ambitions nationales. La radio quitte complètement les locaux monégasques pour être entièrement produite à Paris. La nouvelle direction poursuit le déploiement de la radio dans le reste du pays et construit sa grille autour de l'info, des débats et du sport. C'est d'ailleurs avec la couverture de grands évènements sportifs que la station bâtie sa réputation (comme les Jeux olympiques ou le football).

En 2002, RMC déménage dans les locaux de NextRadioTV dans le sud du XVème arrondissement de Paris.

En février 2007, RMC joue la carte de la symbiose au sein du groupe NextRadioTV. A l'approche des présidentielles, l'interview de 8h35 réalisée par Jean-Jacques Bourdin à la radio est diffusée en simultanée sur l'antenne de BFMTV.

Durant l'été 2007, RMC info abandonne progressivement le "info".

Le 29 juillet 2008, RMC annonce que le CSA vient de lui accorder quinze nouvelles fréquences en FM. Avec les autres fréquences obtenues ces derniers mois, RMC développe sa couverture notamment en Région Centre, Normandie, Picardie et dans le Nord, des zones où elle n'était pas ou très peu présente. Avec les fréquences activées avant début août, RMC peux profiter de sa couverture exceptionnelle des Jeux olympiques de Pékin pour attirer de nouveaux auditeurs.

En novembre 2008, avec l'activation des fréquences obtenues ces derniers mois, RMC dispose d'au moins une fréquence FM dans 87 des 96 départements français métropolitains.

Le 1er octobre 2008, NextRadioTV annonce qu'il va présenter la candidature de RMC Sport  à l'attribution d'un canal sur la radio numérique terrestre. RMC Sport est présentée comme "une radio sportive permanente à destination du large public des amateurs de sport". La programmation alternerait des journaux, des débats, des analyses techniques et des directs sportifs.

Le 1er octobre 2008, le CSA clôture la réception des candidatures pour la première vague de déploiement de la radio numérique. NextRadioTV présente les candidatures de RMC et RMC sport, sa webradio. Avec le lancement de la RNT, RMC espère enfin pouvoir obtenir une couverture nationale équivalente à celle de ces principales concurrentes, notamment dans le nord du pays.

Le 4 décembre 2008, RMC ouvre 14 nouvelles fréquences couvrant 800 000 habitants. RMC émet désormais dans 7 nouveaux départements dont elle était jusque-là absente : Calvados, Eure, Eure-et-Loir, Manche, Mayenne, Orne et Seine-Maritime (avec Le Havre et Rouen).

Le 26 mai 2009, le CSA retient la radio pour une diffusion en numérique sur Marseille, Nice et Paris mais ne sélectionne pas sa déclinaison RMC Sport.

Le 13 septembre 2011, pour la première de son histoire, RMC émet en Alsace et Lorraine avec 8 nouvelles fréquences.

Le 27 mars 2012, RMC donne enfin son nom à une chaîne de télévision : en effet, le groupe NextRadioTV voit son projet de chaîne documentaire baptisée RMC Découverte retenue par le CSA pour une diffusion sur la TNT HD à compter de septembre 2012.

Le 31 mai 2012, RMC comme toutes les autres radios membres du Bureau de la Radio renonce non seulement aux fréquences RNT que le CSA lui a réservé sur Paris, Marseille et Nice mais aussi à postuler à tous les appels à candidatures à venir sur la RNT. Le Bureau de la Radio marque ainsi son désaccord sur le modèle économique actuel de la radio numérique française mais aussi les choix de normes techniques.

En janvier 2013, la matinale de Jean-Jacques Bourdin, "Bourdin & Co", est diffusée en simultanée sur RMC Découverte jusqu'à 8h30.

L'information en plus : la marque RMC est redevenue une marque forte qui après la chaîne documentaire RMC Découvertes pourrait porter d'autres projets de NextRadioTV. Ainsi RMC pourrait devenir radio totalement télévisée comme BFM Business. La matinale de la station est déjà diffusée en radio et en télévision comme narré dans l'historique ci-avant. Par ailleurs, l'agence de presse plurimédia RMC Sport pourrait se décliner un jour en chaîne sportive...

 

Source : l'historique de RMC rapporté ici s'inspire très largement du site RMC Story pour la partie pré-2007.



Historique des logos

de juillet 1943 à août 1944

de juin 1945 à 1965

de 1965 à 1974

de 1974 à 1981

de 1981 à 1987

de 1987 à 1989

de 1989 à 1999

de 1999 à juin 2001

de juin 2001 à juin 2002

depuis juillet 2002

Historique des slogans
    - vers 1979 : Plus près, plu schaud
    - vers 1984 : La station des stations
    - en 1992 : La vie à 100%
    - en 1994 : La vie du bon côté
    - en 1996 : La valeur sud
    - en 1999 : Changez d'air
    - en 2001 : Info Talk Sport 
    - actuellement : C'est la que ça se passe ! 


Audiences
Prochainement....


Diffusion sur les ondes
   - AM  Pour la liste des fréquences de cette radio, reportez-vous au site Annuaire des radios françaises
   - FM
   - GO
   - RNT

Zone de couverture :



Pour aller plus loin...

Site web de la radio

Anciennes
grilles des programmes
   

Biographie de...
Jean-Pierre Foucault

Biographie de...
Christian Morin
     

BFM Business

RMC Moyen-Orient
     

NextRadioTV
       
dernière mise à jour de la page : 31/07/2015

Histoire(s) radiophonique(s), un site édité par Peuleux | création du site : mai 2007 | version 3.0 lancée en août 2015 | mentions légales | contact