Peuleux | Le monde de Spirou et Fantasio

 ENTRETIEN AVEC...  MARC CHOQUET / CHERIE | 09/04/2019

Alors qu'il fêtera en juin prochain ses 20 ans sur Chérie FM, Marc Choquet incarne depuis 5 ans le cinéma à l'antenne. Rencontre avec un homme multicartes et plein de recul sur son métier…

 

Cela doit bien faire 3 ans que j'essaye de rencontrer Marc Choquet pour l'interviewer. Ce mardi 9 avril 2019, alors que nos agendas coïncident enfin, Marc m'accueille dans les locaux de Chérie FM - rue Boileau à Paris - dans une certaine effervescence. En effet, le Monsieur Cinéma de la station doit aujourd'hui se prêter à un exercice qu'il ne maitrise pas vraiment : présenter les points météo et trafic en fin d'après-midi sur les ondes parisiennes de la station. Un dépannage source de plaisanteries en interne depuis quelques jours. En attendant, nous nous installons dans une cabine radio au fond des locaux de Chérie FM mais avec vue sur la Tour Eiffel.

                                                 

Trois hommes en un…

 

Pour commencer mon entrevue avec Marc Chouquet, je décide d'éclairer sa situation car sur les réseaux sociaux, son profil indique qu'il est à la fois journaliste, acteur et animateur.

Marc Choquet : Je suis multi casquettes ! Je ne suis pas du tout schizophrène. Je me sens artiste au bon sens du terme. Je me sens probablement plus artiste que journaliste. Dans les trois domaines, le plus important pour moi et de prendre du plaisir. Si je n'en prenais plus, je m'arrêterais.

Coté journalisme, Marc Choquet explique qu'après 13 ans d'animation radio, son carnet d'adresses lui a permis de répondre à une proposition de la station en allant interviewer des personnalités musicales puis cinématographiques.

Côté animation, après avoir animé différentes tranches sur Chérie FM, il propose une chronique cinéma où son objectif est de donner envie aux auditeurs d'aller voir le film dont il parle. "J'ai la chance de pouvoir écrire, produire, monter mais aussi de pouvoir jouer le cinéma dont je parle. Je ne me contente pas de lister les sorties cinéma, je veux donner envie d'y aller. Donc il y a une partie acteur dans mon travail de journaliste".

Pour le côté comédien, "sans espérer l'Oscar ou le César", il va là où il s'amuse, là où des réalisateurs veulent bien lui faire confiance même pour des petits rôles.

 

On me disait que j'avais la radio en moi…

 

Contrairement à beaucoup d'animateurs de sa génération, Marc Choquet n'a pas débuté la radio à l'adolescence. Ce sont les circonstances de la vie qui l'ont menées vers un micro. En effet, alors qu'il travaille dans le tourisme, il est licencié pour raison économique le jour de la Saint-Valentin. Et alors qu'il s'interroge sur son avenir, son amie lui dit de faire de la radio "parce que tu as cela en toi".

Il va alors "gentiment" harceler Laurent Perigaut, directeur d'Europe 2 à l'époque.

Marc Choquet : J'avais des bases mais ce n'était pas encore le moment. Laurent Perigault me conseille alors d'aller de sa part à l'AFP Audio à Lyon. Je devais y passer 3 jours, j'y suis resté 3 ans. C'est là que j'ai véritablement appris le métier.

Et puis un jour, alors qu'il était sur le quai de la gare de Dijon, il rentre en contact avec Jean-Marc Morandini et Frédéric Alberge qui dirigent alors Chérie FM. Il leur envoie une cassette audio, Jean-Marc Morandini le convoque et lui propose de le tester à l'antenne le week-end. Il commence par la tranche 18h00-minuit puis les nuits. Durant 4 à 5 ans.

Marc Choquet : Entre l'AFP audio et les nuits de Chérie FM, j'ai bouffé du micro ! Mais c'est comme cela que j'ai pu apprendre et faire connaissance avec le talent dont me parlaient mes proches.

 

Bientôt 20 ans de Chérie FM !

 

Peuleux : Tu es donc l'homme d'une seule radio ? [NDLR : je ne compte pas l'AFP audio qui était une banque de programmes]

Marc Choquet : Oui ! Le 29 juin prochain, je fêterai mes 20 ans. Chérie FM est ma meilleure amie, ma plus longue relation !

Peuleux : Tu es donc l'un des doyens de la station !

Marc Choquet : Jean-Philippe Denac, le directeur d'antenne, me dit que je suis une sorte d'ADN de Chérie FM ! Oui, je suis l'un des plus anciens avec mon ami Bruno Gilbert qui est passé sur Nostalgie.

Peuleux : En 20 ans, as-tu étais dragué par d'autres radios ?

Marc Choquet : Oui. J'ai failli. J'aurai pu. Ma relation avec Chérie FM n'a pas été un long fleuve tranquille comme dans toute relation. Je n'ai peut-être pas été toujours à la hauteur de ce que l'on attendait de moi. Il y a aussi eu des responsables pas toujours à la hauteur de leurs fonctions dirigeantes. Mais je suis toujours là et j'espère tenir jusqu'au 29 juin !

 

Peuleux : La nuit à l'antenne, tu ne te sentais pas seul ?

Marc Choquet : Pas du tout. Avant les réseaux sociaux comme Facebook, il y avait des échanges différents d'aujourd'hui. Il y a avait le téléphone, les auditeurs qui attendaient devant la radio… Moi, je suis du matin donc j'ai aimé faire les matinales qui ont ma préférence. Mais j'ai adoré les nuits… Même si à un moment, tu ne veux plus être une chouette et voir le jour.

Peuleux : Comment es-tu passé de l'animation d'antenne au statut de Monsieur Cinéma de Chérie FM ?

Marc Choquet : A un moment, pour des raisons de stratégie de la radio, un dirigeant m'a proposé de faire des interviewes. Il m'a dit avoir détecté chez moi un sens du relationnel humain et une affinité avec les gens nécessaires pour cet exercice. Au début, je faisais les interviewes musicales et le cinéma est venu à moi naturellement.

 

Sur Chérie FM, le cinéma est comme une belle guirlande dans le sapin !

 

Après avoir interviewé les vedettes à la une de l'actualité et correspondant au format musical de Chérie FM, Marc Choquet propose depuis 5 saisons une chronique cinéma. Mais il insiste bien sur une chose : "Chérie est avant tout une radio musicale où le cinéma est comme une belle guirlande dans le sapin de Noël. Le cinéma est l'un des loisirs préféré des femmes. La star est la musique et le cinéma est un agrément.

Dans son travail, Marc Choquet dispose d'une grande liberté mais se doit de rester en phase avec son auditoire, les femmes et la famille. Il y a donc peu de probabilité qu'il vous parle du prochain film d'action de Sylvester Stallone.

Marc Choquet : Si je veux, je peux en parler mais je dois rester cohérent. Avant Chérie FM était très tournée vers les films d'animation et les comédies sentimentales (style avec Hugh Grant ou Julia Roberts). Mais si j'ai envie de parler du dernier Xavier Dolan, j'en parle. Si j'ai envie de parler d'un film d'auteur, j'en parle. On me laisse une grande liberté à partir du moment où je suis cohérent. Il faut toutefois qu'il n'y ait pas trop de violence, ni trop de politique.

Marc Choquet souligne qu'il n'est pas critique de cinéma. Sa chronique s'appelle "le ciné de Marc Choquet", c'est donc ce qu'il préconise, ce qu'il conseille. "Si j'aime, j'en parle. Si je n'aime pas, je n'en parle pas". Sauf si c'est un partenariat Chérie mais – a priori - c'est rare qu'il n'aime pas les films dont la radio est partenaire…

 

Pour préparer sa chronique, Marc Choquet enchaîne les projections (en moyenne sept à huit par semaine) et les interviewes.

Marc Choquet : Maintenant tout le monde me connait parmi les attachés de presse. J'ai acquis leur confiance ainsi que celle d'acteurs, de réalisateurs et de distributeurs. Du coup, on m'appelle directement, je n'ai plus besoin de prendre mon téléphone. On me propose de voir les films, donner mon avis et on me demande qui je souhaite rencontrer.

Peuleux : Tu en profites pour solliciter des rôles ?

Marc Choquet : On me pose souvent la question mais non, je ne mélange pas ces deux aspects de la vie.

 

A travers le cinéma, Chérie FM a une visibilité au-delà de la musique…

 

En radio comme en télévision, toutes les interviewes réalisées ne sont pas diffusées à l'antenne (pas du tout ou pas intégralement). Toutefois, Marc Choquet essaye d'en passer au moins un extrait pour chaque film.

Marc Choquet : Après pour un même film, si je réalise plusieurs entretiens - avec les acteurs vedettes, avec le réalisateur - je vais peut-être n'en garder qu'un selon l'intérêt de leurs propos, de ce qu'ils dégagent au micro… Il faut retenir le plus intéressant pour l'auditeur.

Peuleux : Sachant toutes ces interviewes que tu réalises sans les diffuser (toutes ou entièrement), avec Chérie FM, vous ne vous êtes jamais dit qu'il y avait quelque chose à faire (même si la priorité est la musique) ?

Marc Choquet : Ma seule frustration est que la matière que je produis n'est pas exploitée à sa juste valeur, non pas parce que c'est mon travail mais par rapport aux personnes interviewées. Effectivement, nous pourrions les mettre sur le site de la radio (en intégralité ou des plus larges extraits) ou les donner à Chérie 25. Après, je m'adapte à la politique de la radio. Je sers la confiance que m'accorde le nouveau directeur de Chérie FM et de la manière dont il veut utiliser mon travail.

Peuleux : D'autres radios musicales ont développé des émissions le week-end avec des entretiens d'artistes qui correspondent à leur profil. Je te verrai bien dans ce registre…

Marc Choquet : Merci, c'est gentil. Beaucoup d'autres personnes me voient aussi le faire. Mais il ne faut pas faire de mélange des genres : Chérie FM est une radio musicale. Ça peut casser le rythme de l'antenne une émission trop parlante sur une musicale. Mais le projet avait été présenté en son temps, ça s'appelait d'ailleurs "l'invité de Marc". Mais je ne suis pas le patron de la radio… Parles-en à Jean-Philippe Denac !

 

Peuleux : Si je ne m'abuse, tu n'as pas d'équivalant sur les autres radios musicales…

Marc Choquet : Oui, c'est vrai. Du coup, Chérie est présente sur de nombreux festivals cinéma. Ce qui me fait plaisir, c'est d'avoir réussi à faire sortie la marque Chérie FM à l'extérieur du monde musicale. Or pour qu'une radio marche, il lui faut de la lisibilité or Chérie n'a pas les moyens de NRJ… A travers le cinéma, elle en gagne un peu. Sinon, c'est vrai que je n'ai pas d'équivalant chez nos concurrentes directes.

 

Nota : cet entretien a eu lieu le 9 avril 2019 soit avant que Chérie ne redevienne Chérie FM le 22 avril 2019. 

 


LE 9 A LA SUITE D'HISTOIRE(S) RADIOPHONIQUE(S)

 

Si je devais interviewer une autre personnalité radiophonique, vers qui m'orienterais-tu ?

Laurent Ruquier. C'est plus un enfant de la radio qu'un enfant de la télévision.

 

 

Les voix ou les émissions de radio qui ont marqué ton enfance ?

Sur RTL, "Stop ou encore" avec Evelyne Pagès dans les années 1970. Frédéric Ferrer qui était chez nous qui m'a aussi donné envie de faire de la radio. Et puis, Europe 1, le soir.

 

 

La plus belle rencontre radiophonique ?

Des gens comme Laurent Périgault, Sébastien Lebois (entre autres)… qui m'ont permis d'arriver ici. Et puis les auditeurs que j'ai rencontré, qui me suivent. Ce n'est pas pour être démagogique mais je ne fais pas de la radio pour plaire à tel ou tel directeur mais pour parler aux gens derrière la radio.

 

 

La pire rencontre radiophonique ?

Il y en a, oui… Il y en une personne mais par courtoisie, je ne vais pas en parler pour ne pas mettre de parasites entre nous alors que nous parlons de radio…

 

 

Le plus beau souvenir en radio ?

Paradoxalement, l'un de mes plus beaux souvenirs est l'annonce de la mort de Michael Jackson. C'était exceptionnel ! En fait, l'animateur qui était à l'antenne entre 5h00 et 6h00 sur Chérie FM était en voice track et parlait du chanteur. On m'appelle alors en me demandant d'aller à la radio parce que j'étais le plus près. Je dormais et j'ai cru à une mauvaise blague. Au second appel de Christophe Sabot, j'ai compris que c'était sérieux. Et j'ai tenu l'antenne de 6h00 à 9h00 avec une certaine émotion car pour moi, d'un point de vue artistique, Michael Jackson est un génie. J'ai vécu des choses extraordinaires entre rires et pleurs.

 

 

Le pire souvenir en radio ?

Quand j'ai démarré en radio sans savoir où était le bouton on/off de mon micro. On m'a donc entendu chanter dans le studio. Le directeur de la radio a donc débarqué dans le studio en me gueulant dessus.

 

  

Quand tu n'es pas à la radio, écoutes-tu la radio ?

RMC avec notamment Daniel Riolo. Nostalgie qui musicalement me plait. Je réécoute beaucoup ma radio. Et TSF Jazz aussi.

 

 

Quand tu sors de la radio, que fais-tu ?

Je suis à 70% en dehors de la radio. Lorsque je viens c'est pour de l'organisation, des enregistrements, du montage. Sinon, je vis ! La radio, c'est bien mais j'ai besoin d'être avec les gens que j'aime. Je suis un fou de boutiques. J'aime aussi faire une simple ballade, partir en week-end au bord de la mer ou aller à une exposition… Je m'occupe aussi de l'association Rêves basée à Vincennes.

 

 

Et dans 5 ans ?

Je ne suis pas un homme de pouvoir ni d'affaire donc pas à un poste dirigeant. J'aurai peut-être arrêté de parler de cinéma... Dans l'artistique, certainement mais peut-être dans un autre domaine. Peut-être même dans une autre région de France. J'aime Paris mais Paris ne m'aime plus (logement, circulation, pollution.) alors que c'est la plus belle ville du monde ! Etre heureux…. et qui m'aime me suive !

 

Remerciements : Merci à Marc Choquet pour son accueil, sa disponibilité, son intérêt, sa sympathie. Merci à Stefan Caza pour nous avoir prêté un bon de son studio, pour la mise en place du logo et les photos. | Photo : Peuleux, Marc Choquet, Chérie

 

Pour aller plus loin...


Entretien avec...
Bruno Gilbert
       

Chérie FM
 

 

   

dernière mise à jour de cette fiche le 21/04/2019


Histoire(s) radiophonique(s), un site édité par Peuleux | création du site : mai 2007 | version 3.0 lancée en août 2015 | mentions légales | contact