Peuleux | Le monde de Spirou et Fantasio

 ENTRETIEN AVEC...  EVA ROQUE / EUROPE 1 | 08/04/2019

Journaliste de presse écrite, Eva Roque est aujourd'hui l'une des spécialistes médias d'Europe 1. Depuis la rentrée 2018, elle travaille (au micro et en coulisses) sur la prématinale emmenée par son vieux complice Matthieu Noël. Rencontre avec une femme passionnée par son travail malgré les contraintes…

 

Eva Roque a débuté sa carrière de journaliste à Nice matin. Elle travaille aussi en radio sur TSF Jazz où elle propose des portraits d'artistes et présente des concerts estivaux. Elle en garde un souvenir ému avec "des patrons formidables et des rencontres d'artistes exceptionnelles".

Après 10 ans dans la presse quotidienne régionale, elle accepte une mutation à Paris où le groupe Lagardère, propriétaire du quotidien niçois, lui propose de travailler à Télé 7 jours pour lequel elle écrit déjà quelques papiers. Son poste de cheffe des informations lui vaut d'être sollicité par Jean-Marc Morandini pour une chronique médias sur Europe 1, aussi propriété de Lagardère Active.

Après une dizaine d'années à Télé 7 jours, alors qu'elle rêve de changement et a envie de satisfaire son envie de radio, elle saute sur l'opportunité qui lui est offerte de travailler à 100% pour Europe 1.

Mais au-delà de ses compétences en médias, Eva Roque s'intéresse aussi beaucoup à la culture et notamment à la musique. Avec une passion pour le Jazz. Cela n'a pas échappé aux différentes directions d'Europe 1 qui lui ont régulièrement confié des rendez-vous à tendance culturelle dans les grilles d'été.

 

Matthieu Noël est une vrai ami…

 

La complicité avec Matthieu Noël est née à Europe 1 lorsqu'Alessandra Sublet les a réunis dans sa bande de "Petit dimanche entre amis" où nous retrouvions aussi l'inoubliable Emmanuel Maubert. Le courant est vite passé entre les deux chroniqueurs dominicaux. Ils ont ensuite collaboré sur la tranche information de Jean-Michel Aphatie et Maxime Switek. Lorsque cette dernière s'est arrêtée, les deux compères sont très malheureux de ne plus travailler ensemble. A la fin de la saison, ils proposent alors à la direction d'Europe 1 le concept d'une émission de 90 minutes hebdomadaires. La direction donne son feu vert mais avec un format de 30 minutes quotidien à la mi-journée. C'est l'arrivée de "Rien ne s'oppose à midi" de 12h00 à 12h30.

En juillet 2018, alors que la station est en pleine crise d'audience et de confiance, la nouvelle direction emmenée par Laurent Guimier fait à Matthieu Noël et Eva Roque une proposition à laquelle ils ne s'attendaient pas : animer la prématinale de 5h00 à 7h00.

Sur le coup, Matthieu Noël "ne voyait pas trop l'intérêt de l'exercice car il sous-estimait sa part de journalisme" alors qu'il a débuté en radio avec Marc-Ollivier Fogiel et qu'il connait bien les rouages des matinales. Deux arguments vont le décider : d'une part, le fait qu'Eva Roque soit persuadée qu'il puisse réussir et qu'il aimera l'exercice journalistique aux cotés des pastilles humoristiques et, d'autre part, le fait que la direction leur donne une grande liberté pour construire l'émission "ce qui est rare dans une telle situation".

De son côté, Eva Roque accepte parce qu'elle adore les prématinales et matinales qui sont des moments forts en radio, parce qu'elle adore l'info et parce que c'est pour travailler avec son ami Matthieu Noël.

La proposition leur est faite début juillet ce qui a rendu l'été très studieux pour préparer la nouvelle prématinale puisque Matthieu n'était pas disponible en aout et qu'Eva présentait "le Club de l'été" en quotidienne.

Eva Roque : "Le premier jour, nul n'était certain que la mécanique fonctionne mais après une émission, nous avons compris que cela fonctionnait très bien. Même si quelques ajustements étaient nécessaires".

Peuleux : Comme Matthieu n'est pas là, pouvez-vous me dire comment il est en vrai ? C'est le moment de balancer !

Eva Roque : Il vanne tout le temps mais il est plus timide dans la vraie vie. Nous aimons bien nous moquer de lui parce que de temps en temps il a un petit côté capricieux qui peut le mener à taper des pieds comme un garçon de 10 ans. Sinon c'est un être délicieux mais je nierai avoir dit ça (rires). Nous avons une chance incroyable d'être amis dans la vie et de pouvoir travailler ensemble et de s'amuser.

Au-delà de l'amitié qui la lie à Matthieu Noël, Eva Roque retrouve aussi régulièrement la petite bande de "Debout les copains" pour des moments de convivialité le week-end.

S'ils sont amis dans la vie, ils se vouvoient à l'antenne. Pour Eva Roque, l'exercice est naturel. Elle estime que le tutoiement exclue l'auditeur des échanges. Elle est très attachée à ce vouvoiement d'antenne et gronde Matthieu Noël pour qui le tutoiement plus facile.

 

Avant la prématinale, Eva Roque était déjà amie avec Anne Le Gall et connaissait Jérôme Lacroix (journal de 5h00 et journaux des sports). En revanche, elle ne connaissait pas Céline Da Costa qui allait partager le micro de la prématinale avec eux.

Eva Roque : En démarrant l'émission, ne connaissant pas Céline, nous ne savions pas comment elle réagirait à notre humour. Et comme elle a le même état d'esprit que nous, elle a progressivement pris de l'ampleur à l'antenne tout comme Jérôme Lacroix. En faisant participer Céline à notre revue de presse nous voulions lui donner un rôle différent que celui de la meneuse de jeu et de la météo. Le résultat va au-delà de nos espérances. Plus généralement, la sauce a pris au point de révéler des personnages comme David Doukhan par exemple.

 

Bien plus qu'une coanimatrice de prématinale…

 

Eva Roque définit son rôle à l'antenne somme "coanimatrice et bouc émissaire !" En fait, elle bien plus que cela. Effectivement à l'antenne, elle est la coanimatrice de la prématinale, elle complète Matthieu Noël, le soutien, le relance. Elle assure aussi des chroniques : "le pressing" et la chronique médias. Mais avec Céline Da Costa, meneuse de jeu et présentatrice météo, elle a un rôle de liant tout au long de l'émission. Ensemble, elles assurent un lien avec les autres chroniqueurs, les journalistes et les auditeurs.

Or antenne, Eva Roque est rédactrice en chef de la prématinale en duo avec Anne Le Gall. Ensemble, elle assure la coordination de l'émission hors journaux d'information et pastilles humoristiques. Elles chapeautent les chroniqueurs, calent les invités.

Pour Eva Roque, le réveil sonne à 2h00 pour arriver à la radio à 3h00.

Eva Roque : Ça va parce que je sais ce qui m'attend à la radio mais, on ne a pas se mentir, se lever à 2h00 est contre-nature. Se lever à 2h00 est plus inhumain qu'à 4h00. Le corps se dit "pourquoi ?".

A son arrivée, elle relit et imprime toutes les chroniques. Puis elle prépare le pressing (la revue de presse) avec notamment une présélection d'articles pour Céline Da Costa.

Eva Roque : Le temps file à une vitesse", je ne décolle pas le nez pendant 2heures.

 

Par ailleurs, Eva Roque est le joker de Matthieu Noël lorsqu'il est absent. Cela permet à l'émission de garder son esprit, à l'auditeur de garder un repère. Mais l'ambiance de "Debout les copains" varient tout de même un peu.

Eva Roque : Je ne cherche pas à imiter Matthieu, je n'ai pas son talent d'écriture et la seule fois où j'ai essayé, je me suis plantée ! Je cherche à faire transparaitre de la convivialité aussi bien en studio qu'a l'antenne. J'essaye aussi d'apporter de la curiosité et de la rigueur dans l'information. Ce qui ne m'empêche pas d'apporter un peu d'humeur.

 

Le pari de la prématinale est largement gagné !

 

Peuleux : Lorsque la station a annoncé l'arrivée de Matthieu Noël à la tête de la prématinale, beaucoup ont cru qu'Europe 1 mettait à l'antenne une émission d'humour. Le scepticisme était de mise lorsqu'il a été dit que le 5/7 serait une tranche d'information. Avec environ 7 mois de recul, pensez-vous que le pari est gagné ?

Eva Roque : Il y avait même du scepticisme en interne. La saison dernière, "Rien ne s'oppose à midi" avait montré que nous savions rire des gens, des journalistes mais pas de l'actualité que nous traitions avec sérieux. Pour moi, le pari - au-delà des audiences - est largement gagné. J'étais ultra convaincue de Matthieu dans ce double rôle de journaliste et de trublion. Je l'ai poussé dans ce sens-là. Il m'épate tous les jours. Sa culture générale, sa capacité à être extrêmement rigoureux, ses interviewes de 6h20. Et ce n'est que le début. Pour moi, le pari est largement remporté tant sur la cohésion de l'équipe que sur la compatibilité de l'information et du rire, que sur la coexistence de la rigueur et de la connerie. Nous sommes dans l'esprit d'Europe 1. Le format original a su trouver son public puisque la prématinale gagne des auditeurs à chaque vague de sondage et sur un an. C'est agréable pour nous, nous aimerions qu'il en soit de même pour les autres tranches…

 

Le pari de la bonne humeur est aussi gagné puisque dès l'ouverture d'antenne l'équipe est déjà à fond : "Lorsque le micro s'ouvre à 4h57, nous commençons déjà à dire des conneries façon réflexe pavlovien. Cela nous étonne nous-même. Mes copains des radios concurrentes me demandent toujours comment nous arrivons à rire si tôt".

Peuleux : D'ailleurs, le fait de se faire chambrer douze fois par heure, c'est dans le contrat de travail ?

Eva Roque : J'ai une prime pour cela (rires) ! Nous sommes pareils dans la vie. Les autres personnes sont plus choquées que moi. Ça me fait tellement rire que je me sens plus spectatrice que bouc-émissaire. 

 

Nota : je ne sais pas pouquoi j'ai presque l'air malheureux ! Le décalage horaire ?

LE 9 A LA SUITE D'HISTOIRE(S) RADIOPHONIQUE(S)

 

Si je devais interviewer une autre personnalité radiophonique, vers qui m'orienterais-tu ?

Sébastien Bordenave. Pour qu'il raconte en quoi consiste véritablement son travail. Parce qu'il est au cœur de l'esprit de l'émission. Et parce qu'il connaît bien Europe 1 et d'autres radios.

 

Les voix ou les émissions de radio qui ont marqué ton enfance ?

Je n'ai aucun souvenir de radio enfant. Adolescente, j'ai commencé à écouter NRJ pour la musique quand je n'écoutais pas de disques. J'ai vraiment découvert la radio en étant étudiante. J'ai été marquée par Stéphane Paoli sur la matinale de France Inter et par Pascale Clark. Je n'ai pas de culture radio immense en fait.

 

La plus belle rencontre radiophonique ?

Matthieu Noël !

 

La pire rencontre radiophonique ?

J'aimerai bien balancer un dossier sur quelqu'un mais… je ne sais pas !

 

Le plus beau souvenir en radio ?

J'ai vécu des rencontres formidables à TSF comme Sonny Rollins où j'étais tellement émue que je n'arrivais plus à poser mes questions.

A Europe 1, mes souvenirs les plus émouvants et les plus beaux sont les émissions de "Petit dimanche entre amis" avec Alessandra Sublet, Matthieu Noël et Emmanuel Maubert. Il y a eu des fou-rires qui nous font rirent encore aujourd'hui en les réécoutant. Mais il y aussi une dimension personnelle et professionnelle très forte.

Le pire souvenir en radio ?

Il y en a eu… (Elle cherche)… Une chronique ratée et vous le savez alors que vous êtes encore à l'antenne. Une chronique ratée, vous le savez et l'animateur vous coupe parce qu'il le sent aussi. Une chronique que vous croyez réussie mais que l'animateur coupe parce qu'il la trouve ratée… Ce qui est très désagréable !

J'ai un pire souvenir formidable. Le "Club de l'été" était construit autour de l'invité pendant 2 heures. Un jour à 8h30, soit 30 minutes avant la prise d'antenne, Kimberose me fait prévenir qu'elle ne peut venir pour raisons médicales. Lorsque vous êtes la cheffe d'équipe, il faut faire genre "ça va bien, ça va le faire !" alors que dans votre tête s'est la panique ! J'ai vécu 25 minutes de solitude. Heureusement, la rédaction s'est mobilisée et nous avons - sans doute - fait l'une des meilleures émissions de l'été. Et Kimberose est revenue en aout, l'émission a été géniale.

  

Quand tu n'es pas à la radio, écoutes-tu la radio ?

Cette année, non. Sauf si je suis en voiture. Et j'écoute la concurrence. Cette année, quand je pars, je suis tellement vidée que je me mets au calme.

 

Quand tu sortes de la radio, que fais-tu ?

Eva Roque : Le temps est minuté. Je rentre, je prends une douche, je regarde le journal de 20 heures, je travaille sur les dernières chroniques et je commence à me dire qu'il est grand temps d'aller au lit car il est 21h20. Le sport, j'en fait beaucoup le week-end et j'essaye d'en faire 2 heures dans la semaine. C'est une année particulière où nous mettons tout entre parenthèses pour tout donner.

Peuleux : Mais vous ne faites pas vos courses ?

Eva Roque : Non, vous ne le faites pas. On mange très mal !

Peuleux : Fidus ?

Eva Roque : On commande chez le traiteur, on mange des trucs qu'il ne faut pas. Ou on ne mange pas car trop fatiguée !

Peuleux : Et la télévision ?

Eva Roque : Ça se goupille bien car "C l'hebdo est enregistrée le vendredi après-midi. Je quitte donc Europe 1 ce jour-là vers 10h00-11h00 sans garantie de ma fraicheur à l'écran (rires). Ces derniers temps, nous avons fait plusieurs émissions en direct le samedi avec la crise des Gilets jaunes. Sachant que nous préparons la prématinale du lundi dès le dimanche soir, ça voulait dire pas de week-end ! Mais ce n'est pas grave…

 

Et dans 5 ans ?

Je ne vais pas botter en touche mais je ne sais même pas ce que je ferai en septembre prochain ! 5 ans en prématinale, je ne pense pas. J'ai le temps de mourir 15 fois. Bosser avec Matthieu me parait plus que probable. A un moment, ne serais-je pas trop vieille pour être à l'antenne ? (Rires) Je me dis que si je ne peux plus faire d'antenne, j'aimerai bien aller vers la direction des programmes ou avec un rôle d'encadrement à la rédaction.

 

 

Remerciements : Merci à Eva Roque pour son accueil, pour sa disponibilité, son attention. Merci aussi pour l'invitation à me glisser en régie pendant "Debout les copains". | Photos : Getty Image, Peuleux

 

 

Pour aller plus loin...


Dans les coulisses de... "Debout les copains"

Entretien avec...
Anne Le Gall

Entretien avec...
Céline Da Costa

Entretien avec...
Hélène Zelany
 

Biographie de...
Emmanuel Maubert
       

Europe 1

TSF Jazz
     

dernière mise à jour de cette fiche le 09/04/2019


Histoire(s) radiophonique(s), un site édité par Peuleux | création du site : mai 2007 | version 3.0 lancée en août 2015 | mentions légales | contact