Peuleux | Le monde de Spirou et Fantasio

SUPERLOUSTIC

anciennement : Muppies FM

Histoire de la radio

En décembre 1986, l'agence audiovisuelle Bravo Productions doit fournir des cassettes audio musicales en guise de cadeau de Noël pour les enfants clients des restaurants Hippopotamus. Cette commande atypique donne l'idée à Denys Didelon,  fondateur et gérant de la société mais aussi cofondateur de Carol FM (1), et Gilles Gressier, commercial de Bravo Productions, de créer une radio à destination des enfants. Ils entrainement avec eux Joël Pons, animateur de Carol FM et salarié du groupe Havas, et Frédéric Charbaut, ancien animateur de Boulevard du rock (2).

Début 1987, Patrick Meyer, fondateur de RFM, met à disposition l'émetteur de RFM à Vélizy pour lancer la radio Muppies FM. La radio fait alors ses débuts mais sans autorisation légale. Depuis des studios installés dans les locaux de Bravo Productions à Bagnolet, la radio pirate s'adresse aux enfants de 3 à 5 ans ainsi qu'à leurs mamans. Au départ, la station propose une bande son de 3 heures diffusée en boucle. Ce programme novateur se fait vite un nom d'autant plus que côté musique elle programme des génériques de dessins animés !

En mai 1987, la radio n'est pas retenue pour une fréquence officielle à Paris. Elle n'obtient pas non plus de fréquence en région Nord-Pas-de-Calais ou à Lyon. Dans la foulée, elle doit cesser ses émissions après une mise en demeure de la CNCL, haute autorité de l'audiovisuelle.

Le 16 novembre 1987, le projet de Bravo Productions est de retour sur les ondes lyonnaises. Cristal FM met à disposition sa fréquence et ses studios à titre onéreux. Ce démarrage se fait une nouvelle fois sans autorisation légale mais en grandes pompes : la radio organise un grand gala le 28 décembre à la Bourse du Travail de Lyon en présence de nombreux artistes et de 1 500 enfants handicapés.

C'est à l'occasion de ce lancement à Lyon que la radio rebaptisée Superloustic dévoile son désormais mythique logo avec le singe canard (ou singe à bouche en bec de canard).

Le 4 janvier 1988, Superloustic diffuse officiellement son programme à destination des moins de 12 ans avec comme objectif distraire mais aussi favoriser l'imaginaire tout en complétant l'enseignement des enfants. La radio fait le pari de l'interactivité avec ses jeunes auditeurs : courrier, téléphone, événementiels… Disposant d'une fréquence pleine, elle est audible 24 heures sur 24 et assure un direct de 7h00 à 21h00 avec des contes et histoires, de la musique à 90% française, du sport…

Pour assoir son souci constant de respect et de protection de l'Enfant, la radio met en place un comité de création où siègent des représentants de la Fédération de l'Education nationale, de l'Institut de l'Enfant et de la Famille et du Secrétariat à la Francophonie. En outre, elle collabore avec Richard Joffo, spécialiste de la communication enfantine, journaliste, écrivain et producteur de télévision.

Le 26 août 1988, après un fort mouvement de soutien des auditeurs appuyé par Raymond Barre, ancien Premier ministre et député du Rhône, Superloustic obtient une fréquence propre à Lyon.

Le 21 décembre 1988, Superloustic fait son retour à Paris. Elle obtient une fréquence partagée : elle émet dans la Capitale tous les jours de 13h00 à 19h00 et le mercredi dès 7h00 en alternance avec la radio africaine Tabala FM. Fort de ce succès, la radio ambitionne de créer un réseau dans une dizaine de villes en 2 ans.

Mais très vite, des désaccords se font jour entre l'équipe parisienne et l'équipe lyonnaise. Le désaccord avec les propriétaires de Superloustic rentrés à Paris conduira même à un changement de nom du programme lyonnais. Il sera successivement rebaptisé Salut les Loustics et Planète Toon.

Début 1989, l'homme d'affaires Franck Goddio reprend le programme lyonnais et rétablit très vite les liens avec l'équipe parisienne. Le rapprochement se fait d'autant plus facilement que le projet Superloustic pèse lourd sur les finances de Bravo productions qui est au bord du dépôt de bilan depuis 2 ans.

Le 24 mai 1989, Franck Goddio crée la société IDL qui a pour objectif de donner à Superloustic une ampleur nationale. Les trois fondateurs de Superloustic adhèrent au nouveau projet et prennent chacun des fonctions au sein de l'équipe de direction.

A la rentrée 1989, les studios de Lyon sont fermés et ceux de l'équipe qui le souhaitent rejoignent Paris. Superloustic quitte les locaux de Bravo productions pour Bagnolet. Superloustic travaille même avec RFI avec qui elle coproduit "La planète des enfants", la première émission jeunesse internationale diffusée un mercredi par mois sur l'antenne de la radio publique française internationale.

En 1990, la radio récupère la fréquence de AJDL ce qui lui permet d'émettre en continu sur Paris.

Le 10 décembre 1990, Superloustic débute ses émissions en Bourgogne, Franche-Comté et Provence-Alpes-Côte-d'Azur. Avec désormais le soutien du CSA, elle devient le premier réseau national pour enfants. En plus de Paris et Lyon, elle émet dans cinq villes (Briançon, Dijon, Gap, Toulon et Troyes). La radio compte alors 25 salariés.

En 1991, Superloustic s'allie avec Nostalgie et RMC pour créer GEM (Génération Expertise Média), une régie commerciale commune afin d'assoir ses finances.

Le 15 mars 1991, la station monte ses programmes sur le satellite Telecom 1C opéré par France Télécom afin de favoriser le développement de son réseau en régions.

En juillet 1991, Superloustic est audible au Mans, Orléans, Poitiers et Tours.

Fin 1991, la radio compte seize fréquences après les ouvertures d'Evreux, Le Havre, Rouen, Saint-Etienne et Valence. Elle comptabilise alors chaque mois 200 000 auditeurs, 250 000 appels téléphoniques, 40 000 connexions Minitel et 8 000 lettres.

Le 22 avril 1992, IDL est placée en cessation de paiement. Si la radio rencontre un beau succès d'audience, les annonceurs ne sont pas au rendez-vous préférant la télévision pour cibler les jeunes. Ce triste constat commercial s'accompagne d'un contexte économique et politique difficile (guerre en Yougoslavie, tensions avec l'Irak, troubles aux Liban et Israël, fin de l'URSS, référendum de Maastricht…), IDL s'endette alors que la radio nécessite un budget annuel de 15 millions de francs. Entre budget lourd (pour ne pas dire trop élevé) et un chiffre d'affaire inexistant, les actionnaires ne veulent pas remettre la main à la poche pour soutenir le développement de la radio.

Le 12 mai 1992, IDL est placée en redressement judiciaire. Elle a jusqu'au 18 juin pour présenter un plan de continuation. Fun Radio, NRJ, M40 et RFM se portent candidates à la reprise mais le CSA et Superloustic refusent que ces stations rachètent la radio pour (presque uniquement) bénéficier de ses 32 fréquences. En effet, Superloustic a obtenu 30 nouvelles fréquences en moins de 2 ans !

Début juin 1992, Franck Goddio, actionnaire majoritaire d'IDL, abandonne le projet. Très vite suivi par les autres actionnaires, il se retire du capital de la société.

Le 10 juin 1992, les trois pères fondateurs (Denys Didelon, Joël Pons et Gilles Gressier) tentent une dernière opération de sauvetage : il fonde l'Association de défense de Superloustic pour récolter des dons devant permettre la survie de la radio. Ils font aussi de nombreuses démarches auprès des institutions pour trouver des solutions viables.

Le 16 juin 1992, faute de repreneur, IDL est mise en liquidation judiciaire par le Tribunal de commerce de Paris. Parallèlement France Télécom, qui n'est plus payée, coupe la liaison satellite permettant la liaison avec les émetteurs régionaux. Mais face à la forte mobilisation des auditeurs (parents, enfants, enseignants…) et de personnalités mais aussi face aux messages de soutien parfois poignants, France télécom remet en route gratuitement la liaison satellite tandis que TDF (propriétaire des émetteurs de la radio) et EDF font aussi cadeau de leurs services pour soutenir la radio. Quant aux salariés de Superloustic, bien que ne percevant plus leur salaire depuis plusieurs semaines, ils sont au travail.

Avec un million de signatures récoltées, la forte mobilisation des enfants et l'idée de plus en plus forte que les enfants ont aussi le droit à leur radio, des appels sont lancés vers le Gouvernement et Radio France pour que la survie de la radio des moins de 15 ans ne soit pas liée à des raisons économiques et politiques.

De nombreux artistes se mobilisent autour d'une chanson dont les bénéfices sont reversés à l'Association de défense de Superloustic. "Ta radio, c'est ton droit !" rappelle que "l'enfant d'aujourd'hui est le citoyen de demain et qu'à ce titre il a le droit à son média FM dédié".

Le 7 juillet 1992, Superloustic perd tous ses émetteurs en Province. Seul Paris émet encore.

Le 29 juillet 1992, Jean-Noël Jeanneney, Secrétaire d'État  à la Communication, déclare que Superloustic mérite sa place dans le paysage radiophonique français mais se dit peu favorable à une reprise du programme par Radio France dont le budget est déjà complexe.

Le 23 juillet 1992 à 19h30, Superloustic cesse ses émissions.

Le 24 juillet 1992 à 9h30, les studios sont fermés et mis sous scellés.

Le 5 septembre 1992, l'autorisation de Superloustic pour sa fréquence à Paris arrive à sa date d'échéance. Elle n'est pas renouvelée.

En 1994, l'Association de défense de Superloustic verse les fonds récoltés à l'association Sol en Si.

Fin 2002, Superloustic reprend ses émissions sur la bande AM depuis Nice mais sans l'accord du CSA. Les autres radios candidates à l'attribution d'une fréquence en AM voient d'un très mauvais œil ces émissions qui donnent à Superloustic de l'avance sur les concurrents. Pourtant ces émissions sont légales puisque la fréquence utilisée est attribuée par la principauté de Monaco qui a validé le projet.

En 2003, le CSA lui attribue officiellement deux fréquences sur la bande AM à Marseille (mais couvrant tout le quart sud-est du pays en journée) et à Paris. Dès lors Superloustic coupe son émetteur de Nice.

Début 2006, malgré de gros moyens, le succès n'est pas au rendez-vous. A l'exception de Joël Pons, tous les dirigeants quittent le navire progressivement et la radio redonne ses fréquences AM au CSA. Face à la télévision (avec de nombreuses chaînes jeunesse sur les bouquets de télévision), la radio n'est peut-être plus le bon moyen de toucher les enfants d'aujourd'hui…?

Le 13 novembre 2006, la société FWDP qui gère Superloustic est mise en liquidation judiciaire et dépose le bilan.

Aujourd'hui, Superloustic n'existe plus qu'au travers d'un site web d'archives et sa web radio reprenant la playlist de l'époque.

L'anecdote en plus : après la fermeture de Superloustic en septembre 1992, certains animateurs ont poursuivit l'aventure sur RMC avec "Le Club des Loustics" ou sur Radio Bleue avec "Récré à Bleue".

 

(1) Carol FM est une radio rock apparue en 1981 sur les ondes parisiennes

(2) Boulevard du rock est une radio parisienne.

Source complémentaire : une large partie de cet historique est basée sur l'histoire de la radio narrée par le site mémoire de Superloustic (voir lien en bas de page)



Historique des logos

de 1987 à 1994

de 2002 à 2006
     


Diffusion sur les ondes
   - AM    
   - FM
   - GO
   - RNT


Pour aller plus loin...

Site web d'archives
 
Anciennes grilles des programmes
   

Muppies FM
       
dernière mise à jour de la page : 09/08/2015

Histoire(s) radiophonique(s), un site édité par Peuleux | création du site : mai 2007 | version 3.0 lancée en août 2015 | mentions légales | contact