Peuleux | Le monde de Spirou et Fantasio

OUÏ FM

 

Histoire de la radio

A l'automne 1986, après des dissensions au sein de l'association SOS Racisme, la radio parisienne Ça bouge dans ma tête se transforme en radio musicale résolument rock. La radio parle aussi culture (littérature, cinéma, peinture, photographie…).

A l'époque, la radio est d'une des premières FM à utiliser la programmation et la diffusion assistées par ordinateur.

En 1987, Ouï FM reprend le programme Europe 2 avant que celui-ci n'obtienne sa propre fréquence.

Quelques temps plus tard, la radio fusionnera avec une autre radio rock, RTH (Radio Trans Hélium).

Au début des années 1990, Ouï FM se développe tranquillement sur la région parisienne, elle se fait connaître du public  au travers d'animateurs comme Kad & Olivier (en fin d'après-midi) ou Maurice (la nuit).

En 1991, la station est rachetée par la maison de disques Polygram. Bien que toujours axée sur le rock, la programmation musicale devient plus commerciale.

En 1997, Virgin rachète partiellement Polygram et devient par conséquent propriétaire de Ouï FM.

En 2006, le CSA donne son accord pour que la radio soit rebaptisée Virgin Radio. Toutefois, le CSA demande à ce que le logo de la radio se distingue de celui de la marque Virgin, que les émissions ne fassent pas références aux produits Virgin et qu'aucune opération de parrainage n'ait lieu entre les deux entités.

Fin 2007, le projet "Virgin Radio" est finalement abandonné puisque c'est le groupe Lagardère active qui achète les droits d'exploitation de la marque Virgin.

En 2008, la radio lance deux webradios : Ouï FM 2 pour le rock alternatif et Ouï FM 3 pour les classiques du rock. Elle ouvre aussi sa page sur Facebook.

En septembre 2007, la radio rock obtient sa première fréquence hors Ile-de-France à Creil (60).

Mi-2008, Richard Branson, patron de Virgin, cherche à vendre Ouï FM. Il ne voit pas l'intêret de garder une radio qui ne portera pas le nom de sa marque (nota : il s'est lui-même tiré une balle dans le pied en vendant sa marque à Lagardère active !). Très vite, le nom d'Arthur (l'animateur radio-tv, producteur et comique) circule dans les couloirs…

Le 16 décembre 2008, dans l'émission "Le Buzz.média" d'Orange et du Figaro, Arthur confirme avoir racheté 100% du capital de la radio via sa société Arthur World Participations Group (AWPG) et être en attente de l'accord formel du CSA (il sera donné le jour même lors de l'assemblée plénière de la haute autorité). S'il annonce ne pas vouloir toucher le format rock de la station francilienne, il souhaite qu'elle retrouve son impertinence.

En février 2009, suite à des difficultés financières, Parenthèse Radio est placée en redressement judiciaire. La dette s'élève à plusieurs milliers d'euros tandis que les audiences sont décevantes malgré l'originalité du projet. Arthur se porte acquéreur de Parenthèse Radio. Il prévoit de garder quelques créneaux pour poursuivre l'aventure du talk familiale mais diffusera la radio rock la majorité du temps.  

En avril 2009, Arthur annonce le lancement de Ouï FM Rock TV, un projet hybride entre une web TV et la radio filmée.

En mai 2009, saisi par le Syndicat des réseaux nationaux (Lagardère Active, NRJ Group, RTL Group, Skyrock…), le CSA annule la reprise de Parenthèse Radio au motif que le nouveau format de la radio est contraire à celui de la convention initiale de la radio.

Le 26 mai 2009, le CSA retient la radio pour une diffusion en numérique sur Marseille, Nice et Paris.

En septembre 2009, AWPG rachète Nice Radio mais le CSA refuse la syndication des programmes avec Ouï FM.

Le 7 décembre 2009, Ouï FM ouvre sa première fréquence en Province à Auxerre.

Le 26 mai 2010, dans le cadre du congrès 2010 du SNRL, le GRAM (Groupement des Radios Associatives de la Métropole Nantaise) a été autorisé par le CSA a expérimenter une diffusion numérique en DAB+ et T-DMB. Le multiplexe ainsi proposé comprend une douzaine de radios dont Ouï FM.

Début 2011, le CSA accorde cinq nouvelles fréquences à Ouï FM dans les régions Pays de la Loire et Rhône-Alpes. Un peu plus de trois ans après avoir obtenu sa première fréquence hors Ile-de-France, la radio passe ainsi le cap de la vingtaine de fréquences.

Début mars 2011, le CSA autorise une reprise de La Radio de la Mer par Ouï FM sous la forme d'une syndication des programmes. La Radio de la Mer conservera son identité marine et un fort programme local mais apparaître comme "La Radio de la Mer programme Ouï FM".

Le 8 avril 2011, après un mois de silence, "La Radio de la Mer programme Ouï FM" reprend ses émissions.

Le 18 avril 2011, à l'initiative de Radio FG, le CSA autorise seize stations à émettre en numérique sur Lyon pendant neuf mois. Parmi elles, Ouï FM.

Le 22 septembre 2011, la radio rock inaugure deux nouvelles fréquences dans l'est de la France. Avec 22 fréquences, Ouï FM a multiplié par 10 son nombre  de fréquences tandis que son audience en régions a été multipliée par 2 en un an.

Le 19 juin 2012, le CSA publie la liste des radios dont le dossier est recevable pour une diffusion numérique sur les zones de Marseille, Nice et Paris (date de début des programmes non communiquées à ce jour). Ouï FM et La Radio de la Mer programme Ouï FM font partie des élues ainsi que les projets Ma génération radio (qui sera rebaptisée Radio Life) et Ouï Collector.

Le 25 septembre 2012, Arthur inaugure (enfin) Ouï Télé diffusée 24 heures sur 24 via le site web de la radio.

Le 5 septembre 2013, lors de la conférence de presse de rentrée de Oui FM, Arthur a proposer de fusionner sa station qui cherche des fréquences avec Le Mouv' qui cherche des auditeurs. Un partenariat public-privé à l'image de la chaîne Gulli rendu possible par la complémentarité des deux stations...

En mars 2014, Ouï Télé devient Ouï FM à la télé, la première radio réalité : la radio et les coulisses filmées 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 avec des incrustations reprenant l'activité des réseaux sociaux pendant les disques.

Le 20 juin 2014, Oui FM arrive à Marseille et Nice sur la RNT. Le même jour, Ouï FM lance sa webradio Ouï Collector sur la RNT à Paris (elle sera très vite rebaptisée Collector Radio).

En décembre 2014, faute de pouvoir syndiquer Nice Radio à Ouï FM, la station est revendue à un entrepreneur russe.

En mars 2015, Ouï FM demande l'abrogation des huit fréquences de la Radio de la Mer. Le CSA valide cette demande mais la restitution des fréquences se fera avec effet différé. En effet, La Radio de la Mer rendra ses fréquences à compter de l'entrée en vigueur des nouvelles autorisations d'émettre sur ces mêmes fréquences suite au prochain appel à candidatures que lancera le CSA. Arthur World Radio, holding propriétaire de La Radio de la Mer et de Ouï FM, a pris cette décision avec comme objectif de récupérer les 8 fréquences à terme mais pour le compte de Ouï FM. Cette décision signifie donc la mort de La Radio de la Mer au final. Une mort annoncée mais sans date connue à ce jour…

Photos : Oüi FM


Historique des logos

en 1987

de 1990 à 2009

de 2009 à 2011

de 2011 à mai 2014

de mai à août 2014

depuis août 2014
   


Historique des slogans
    - en 1987 : Le son qui a du sens
    - en 1996 : Ouï rock you
    - en 1997 : La radio rock
    - en 2009 : Plus libre, plus rock
    - en 2011 : La radio rock
    - en 2012 : Plus libre, plus rock
    - en 2014 : Le rock a sa radio



Audiences
Prochainement....


Diffusion sur les ondes
   - AM  Pour la liste des fréquences de cette radio, reportez-vous au site
Annuaire des radios françaises
   - FM
   - GO
   - RNT

Zone de couverture
:



Pour aller plus loin...

Site
web de la radio

Anciennes grilles des programmes
   

Entretien avec...
Nicolas Lespaule

Entretien avec...
Arnold Derek

Parenthèse Radio

La Radio de la Mer
dernière mise à jour de la page : 20/02/2017