Peuleux | Le monde de Spirou et Fantasio

 LE LEXIQUE RADIOPHONIQUE

Comme chaque métier, chaque domaine, chaque milieu, la Radio a son vocabulaire propre. Histoire(s) radiophonique(s) lève le voile sur le jargon radiophonique français....

ANCHORMAN
Mot anglais qui se traduit en français par "présentateur", l'anchorman est désormais le terme utilisé en radio pour désigner le présentateur d'une tranche d'information. Si en anglais l'équivalant féminin d'anchorman, anchorwoman, existe, il n'est pas encore utilisé en radio en France... Parce que le terme n'est pas très élégant, pas très parlant ou parce qu'il y a encore trop peu d'anchowomen ?
Illustration : Marc-Olivier Fogiel sur RTL
   
AGREGAT
En radio, un agrégat est un ensemble fictif de radios partageant un même format de programmes ou un même style de format de programmes. Le terme d'agrégat apparaît principalement dans les résultats d'audience publiés par Médiamétrie. Ainsi dans son enquête "126 000 Radio", l'institut distingue quatre agrégats : généralistes, musicales, thématiques et locales.

Pour aller plus loin...

126000 Radio, mode d'emploi | Audiences
   
ANNONCEUR
L'annonceur est une société, une institution, une marque, une administration ou toute autre organisation qui diffuse un message publicitaire ou parraine une émission, une chronique, un jeu ou un événement sur un média.
   
AUDIENCE
L'audience est le nombre de personnes qui ont écouté un programme radio. En France, l'audience radiophonique est mesurée par l'institut Médiamétrie qui publie notamment l'enquête "126 000 Radio" à quatre reprises durant la saison selon plusieurs critères de mesures : audience cumulée, audience moyenne, durée d'écoute par auditeur…

Pour aller plus loin...

126000 Radio, mode d'emploi | Audiences
   
AUDIENCE CUMULEE
L'audience cumulée est le critère de mesure de l'audience radiophonique correspondant à l'ensemble des personnes ayant écouté au moins une fois la radio dans la journée (entre 5h00 et 24h00) ou une tranche horaire donnée [exprimée en milliers ou en pourcentage].

Pour aller plus loin...

126000 Radio, mode d'emploi | Audiences
   
AUDIENCE MOYENNE
L'audience moyenne est le critère de mesure de l'audience radiophonique mesuré correspondant à la moyenne des audiences des quarts d'heure mesurés. Aussi appelé quart d'heure moyen, ce critère donne une lecture assez fine de l'audience d'une station émission par émission et quasiment chronique par chronique [exprimée en milliers ou en pourcentage].

Pour aller plus loin...

126000 Radio, mode d'emploi | Audiences
   

BONNETTE

La bonnette est un accessoire en mousse englobant l'extrémité des micros. A la base, les bonnettes ont une double fonction technique : elles protègent les micros du vent en extérieur et servent de filtres anti-pop. Aujourd'hui, les bonnettes servent aussi de supports de communication en étant personnalisées aux couleurs de la radio. Ainsi, lors de photos prises en studio ou de conférences de presse filmées, le logo de la radio est clairement visible.

Illustration : bonnettes Radio France par Videopronet

   
BOURSE JEAN-BAPTISTE DUMAS
Créée le 16 décembre 1994 par Jacques Rigaud, PDG de RTL, sur proposition de la société des rédacteurs de la station, la Bourse Jean-Baptiste Dumas veut honorer et perpétuer la mémoire du journaliste de RTL mort quelques jours plus tôt en récompensant un étudiant de deuxième année des écoles de journalisme homologuées. Les candidats ont deux jours pour réaliser un reportage sur un thème donné et le défendre devant un jury de journalistes. Le lauréat gagne un contrat d'un an au sein de la rédaction de RTL. La bourse rend hommage et perpétue la mémoire de Jean-Baptiste Dumas, journaliste de RTL décédé le 11 novembre 1994. Né en 1961 à Apt et diplôme de l'Ecole supérieure de journalisme de Lille, Jean-Baptiste Dumas rentre à RTL en 1986 comme stagiaire. Dès 1987, il devient reporter. En 1988, il devient le correspondant de la station à Marseille. Le 5 mai 1992, alors qu'il commente la demi-finale de la Coupe de France entre Bastia et Marseille, les tribunes du stade de Furiani s'effondrent. Le journaliste est alors grièvement blessé et plonge dans le coma durant plusieurs semaines. Il reprend le travail à RTL après plusieurs mois de convalescence mais décède finalement des suites de la tragédie le 11 novembre 1994. Le 16 novembre 1994, sur proposition de la Société des rédacteurs de RTL, Jacques Rigaud, alors PDG de RTL, crée la Bourse Jean-Baptiste Dumas.
Illustration : remise des trophées de la Bourse Jean-Baptiste Dumas 2015

Pour aller plus loin...

RTL
   
BOURSE LAUGA-DELMAS
Créée en 1961 par Europe 1, la Bourse récompense un étudiant en dernière année de journalisme à l'issue d'une journée d'épreuves (préparation et enregistrement d'un flash d'information, réalisation d'un reportage, commentaire à chaud d'un évènement d'actualité, interview). Le lauréat se voit proposer un contrat de 6 mois au sein de la rédaction d'Europe 1. A l'origine, cette bourse a été baptisée du nom de Francis Lauga, jeune reporter de la station qui a péri dans un accident d’avion en 1961. Depuis 2006, le nom d'Alain Delmas, reporter au service Police-Justice décédé en novembre 2006, y est désormais associé. Parmi les lauréats connus aujourd'hui, nous pouvons citer Caroline Roux, Wendy Bouchard, Maxime Switek, Anne Le Gall, William Galibert, Benoît Duquesne, Céline Pigalle, Antoine Cormery, Vincent Parizot ou Christophe Delay
Illustration : photo officiel du lauréat 2015 de la Bourse Lauga-Delmas

Pour aller plus loin...

Europe 1
   
CARTOUCHEUR AUDIO
Le cartoucheur est un outil informatique qui permet au réalisateur de mettre en attente les prochains éléments à diffuser à l'antenne. Les éléments sélectionnés sont visualisés sur un écran sous forme de cartouches. Chaque colonne correspond à une voie sur la console de réalisation. Le nombre de lignes correspond au nombre d'éléments qu'il est possible de mettre en attente sur chaque voie.
Illustration : cartouchier Adeuxi
   
CATEGORIES RADIO
Les radios françaises sont classées dans différentes catégories selon leur statut juridique, leur vocation (locale ou nationale) ou leur contenu. C'est le Conseil supérieur de l'Audiovisuel qui les a défini, qui vérifie ponctuellement que les radios satisfont aux obligations liées à la catégorie d'affectation et qui autorise les stations à changer de catégorie si elles le demandent. Ainsi le CSA a défini cinq catégories désignées par une lettre auxquelles d'ajoute deux catégories spécifiques.

Pour aller plus loin...

Catégories radio
   
CIBLE
La cible définit la catégorie de public visé par la radio. Une cible peut se définir selon différents critères : une tranche d'âges (jeunes, jeunes adultes, adultes, séniors), une catégorie socio-professionnelle (les ouvriers et employés, les cadres, les retraités…), une appartenance ethnique ou religieuse (juifs, musulmans, chrétiens, ultra-marins, bretons, africains, arabes, maghrébins, asiatiques…) ou le sexe. Mais le format peut aussi prendre en considération des notions géographiques en visant un pubvlic plutôt urbain par exemple ou une région particulière pour les radios locales. C'est au travers de la cible visée par la radio et les résultats d'audience qu'elle réalise auprès de cette cible que les annonceurs publicitaires décident de leur stratégie de communication. Pour prendre des exemples extrêmes (pour ne pas dire saugrenus), Ferrari n'ira pas faire de la publicité sur Skyrock, Playboy n'ira pas parrainer la matinale de Chérie FM et la boulangerie de quartier n'ira pas se promouvoir sur RTL. La cible visée par une radio est intimement liée à son format musical et aux formats des émissions proposées.
   
CONFEDERATION NATIONALE DES RADIOS ASSOCIATIVES (C.N.R.A.)
La CNRA est l'organisation représentative des radios associatives françaises. Elle est reconnue par les pouvoirs publics. Créée en 1991, la confédération réunie des fédérations régionales et nationales de radios associatives. Elle rassemble aujourd'hui 18 fédérations de radios associatives (la quasi-totalité des fédérations existantes) représentant 260 radios implantées dans plus de 80 départements métropolitains et ultramarins et animées par 10 000 bénévoles et 1 200 salariés. Depuis sa création, le Conseil s'efforce d'être le plus représentatif possible en réunissant l'ensemble des radios associatives quel que soit leurs sensibilités, leurs obédiences, leurs confessions ou courants… dès lors qu'elles ont la communication sociale pour but. La CNRA n’impose pas de modèle. Ainsi le CNRA accepte en son sein les radios éligibles aux aides de l’Etat dès lors qu’elles respectent un fonctionnement non commercial. Seules "les radios ou fédérations qui prônent l’exclusion, la haine et le racisme" ne sont pas admises. Toutes les radios adhérentes accomplissent des missions de communication sociale de proximité "entendue comme le fait de favoriser les échanges entre les groupes sociaux et culturels, l’expression des différents courants socioculturels, le soutien au développement local, la protection de l’environnement ou la lutte contre l’exclusion".
   
  C.N.R.A.
Voir CONFERERATION NATIONALE DES RADIOS ASSOCIATIVES sur cette page
   
COMITES TERRITORIAUX DE L'AUDIOVISUEL (C.T.A.)
Seize comités territoriaux de l'audiovisuel (CTA) viennent appuyer le travail du CSA à travers la France métropolitaine et ultramarine. Ils sont consultés par l'instance centrale dans le cadre des appels à candidatures pour les radios. Ils réalisent aussi des écoutes pour s’assurer du respect des engagements souscrits en matière de programme, notamment en ce qui concerne la réalité du programme local des services ou les modalités de diffusion de la publicité locale ou nationale.

Pour aller plus loin...

CSA
   
CONDUCTEUR D'ANTENNE
Le conducteur est un document définissant le déroulé d'une émission. Il est établi à la minute près et indique au réalisateur et aux intervenants antenne (animateurs, journalistes, chroniqueurs…) à quel moment ils parlent, quels éléments d'habillage envoyer, les disques à passer, l'horaires des écrans publicitaires, les chroniques à diffuser… Le conducteur peut aussi indiquer à l'animateur les promotions à opérer à l'antenne (invités à venir, prochaine délocalisation, jeux du moment…). Le conducteur est transmis suffisamment à l'avance pour que les animateurs aient le temps de préparer leurs interventions et pour que les réalisateurs puissent charger les différents éléments à diffuser depuis la banque de données. Le conducteur antenne est aussi l'écran du logiciel informatique pour la réalisation où apparaissent tous les éléments sonores à diffuser par ordre de passage. Il existe aussi un conducteur antenne spécifique aux écrans publicitaires.
Illustration : console et conducteur à Chérie FM Nantes (c) Peuleux
   
CONSEIL SUPERIEUR DE L'AUDIOVISUEL (C.S.A.)
Le Conseil supérieur de l'Audiovisuel (aussi connu sous l'acronyme CSA) est la haute autorité de régulation de l'audiovisuel (télévision et radio) en France. C'est une autorité administrative publique et indépendante qui a pour but de veiller à la bonne application de la liberté de communication.

Pour aller plus loin...

CSA
   
CONTRAT D'OBJECTIFS ET DE MOYENS
Tous les 4 ans, l'État signe un contrat d’objectifs et de moyens avec les sociétés de l'audiovisuel public dont il est actionnaire. Ce contrat fixe les missions de service public à remplir, la stratégie de développement, le budget et le financement apporté par l'État. Avant son adoption, chaque projet de contrat doit recueillir les avis de plusieurs instances : le Comité d'entreprise et Conseil d'administration de la société audiovisuelle, le CSA, les commissions des affaires culturelles du Sénat et de l'Assemblée nationale. A l'issue de ce processus, le COM est adopté par le Conseil d'administration de l'entreprise.
Illustration : Mathieu Gallet


Pour aller plus loin...

Radio France
   
CONVENTION
Chaque radio souhaitant émettre en France doit signer une convention avec le CSA, un accord prévoyant les obligations de la station. Ces obligations sont, pour une part, générales (respect de la législation…) et, d'autre part, spécifiques à la radio (format du programme, format musical…). Si la station ne respecte pas cette convention, le CSA peut prononcer des sanctions à l'encontre de la station.

Pour aller plus loin...

CSA
   
  C.S.A.
Voir CONSEIL SUPERIEUR DE L'AUDIOVISUEL sur cette page
   
  C.T.A.
Voir COMITES TERRITORIAUX DE L'AUDIOVISUEL sur cette page
   
DECROCHAGE
Les radios qui disposent de plusieurs fréquences peuvent proposer un programme spécifique sur une ou plusieurs fréquences. Ce programme local peut se matérialiser par des chroniques, des points météo ou info-trafic, des journaux voir même une tranche complète avec un animateur local. Pour les radios privées, ces décrochages s'accompagnent d'écrans publicitaires composés de spots pour des annonceurs locaux. Certaines stations ont été critiquées parce qu'elles rachetaient des radios locales afin d'étendre leur zone de couverture réduisant les programmes locaux au strict minimum tout en diffusant un maximum de publicités locales. Les fréquences de la station effectuant un décrochage sont dites actives tandis que celles qui ne décrochent pas sont dites passives. Les modalités de décrochage des stations sont définies dans les conventions déposées auprès du CSA et sont régulièrement contrôlées. Il n'est pas rare de voir le CSA rappeler à l'ordre une station qui ne satisfait pas à ses obligations en la matière.
   
  DAB
Voir DIGITAL AUDIO BROADCASTING sur cette page
   
DIRECTEUR D'ANTENNE
Le directeur d'antenne est l'un des membres dirigeants de la radio directement placé sous l'autorité du directeur général ou du PDG de la station. Selon le statut (associatif, commercial…) et la taille de la radio, le champ d'action du directeur d'antenne peut être plus ou moins large mais globalement : Il établit la grille des programmes, il participe au recrutement des animateurs, Il organise les équipes nécessaires au fonctionnement de l'antenne (réalisateurs, techniciens…), il établit le conducteur d'antenne, il peut participer à la mise en place d'événementiels antenne (délocalisation, invités, jeux…).
Illustration : Sébastien Joseph, directeur des programmes de Fun radio
   
DIGITAL AUDIO BROADCASTING (DAB)
Le DAB (traduction française : radiodiffusion sonore numérique) est un système de radiodiffusion numérique développé et standardisé dans le cadre du projet européen Eureka 147. Commercialisé depuis 1995, il est actuellement exploité sur plusieurs continents et une version améliorée baptisée DAB+ est disponible depuis 2007. En bref, le DAB se caractérise par : Une transmission audionumérique compressée (format MPEG-1/2 Layer II, du même standard que le MP3 (Layer III) donc de plus haute qualité qu'en FM. La qualité de réception malgré les perturbations qui le rend accessible aussi facilement à la maison et au bureau qu'en voiture ou dans le train. Toutefois, soit le signal passe, soit il casse comme pour la TNT. Une diffusion par bouquet ou multiplex (plusieurs radios sur une même fréquence) permet de proposer plus de stations qu'en FM. L'organisation des fréquences (synchronisation, fréquence centrale) permet d'économiser le nombre de fréquences pour les opérateurs et évite à l'auditeur de retenir la fréquence puisque la recherche se fait par nom. Le signal comprend le son et des données annexes (texte, images…). Le système fonctionne aussi bien en VHF qu'en UHF ce permet une diffusion locale, régionale ou nationale selon les besoins. Le système est évolutif constituant ainsi le cœur du système DMB de diffusion multimédia vers des récepteurs nomades donc pour la télévision mobile comme la radio numérique.
   
DUREE D'ECOUTE PAR AUDITEUR
La durée d'écoute par auditeur est le critère de mesure de l'audience radiophonique correspondant au temps passé en moyenne par un auditeur à l'écoute de la même station par jour [exprimée en heures et minutes].

Pour aller plus loin...

126000 Radio, mode d'emploi | Audiences
   
DRIVE
En anglais, le mot drive signifie conduire ou rouler. Par glissement, il est devenu un terme radiophonique pour identifier les émissions de fin d'après-midi qui sont diffusées à l'heure où les auditeurs rentrent chez eux. Les drive débutent au plus tôt vers 16h00 et s'achève au plus tard à 20h00. Les radios généralistes soignent depuis longtemps leur drive avec des émissions de divertissement puis des sessions d'information. Les radios locales proposent aussi souvent des rendez-vous forts sur cette tranche notamment en terme d'information. En revanche, sur les radios musicales nationales, le phénomène est assez récent (2012) : il est devenu très visible avec "Guillaume & Sophie" sur RFM (2012-2015) et la rentrée 2015 a marqué un vrai cap avec des émissions plus identifiées sur plusieurs radios nationales : "#DriveRTL2" sur RTL2, Nicolas Petit sur MFM Radio, "Le 17-20" sur RFM ou "Le 16-20" sur Skyrock...
Illustration : "Guillaume & Sophie" sur RFM

Pour aller plus loin...

"Guillaume et Sophie" sur RFM
   
FIPETTE
Depuis sa création en janvier 1971, FIP a confié l'animation de son antenne à des femmes. Ces animatrices enchaînent les disques et les informations culturelles et pratiques avec un débit lent qui les font parfois paraître langoureuses, avec un ton naturel non dénué de pointes d'humour inattendues... Ces animatrices sont surnommées les Fipettes !
Illustration : Fipettes des années 1980

Pour aller plus loin...

FIP
   
FORMAT RADIO
Le format radio est l'ensemble des éléments de programmation et de règles d'antenne qui défissent l'identité d'un radio. Le format radio, le format musical et la cible sont intimement liés. Plusieurs formats existent : information, musical, communautaire, thématique et généraliste. Certains considèrent que les radios locales constituent un format spécifique et à part.

Pour aller plus loin...

Formats radio
   
FREQUENCE ACTIVE
Les radios qui disposent de plusieurs fréquences peuvent soit y transmettre le même programme soit opérer des décrochages locaux. Les fréquences qui proposent un décrochage local sont dites actives.
Illustration : carte des fréquences actives et passives de RFM
   
FREQUENCE PASSIVE
Les radios qui disposent de plusieurs fréquences peuvent soit y transmettre le même programme soit opérer des décrochages locaux. Les fréquences qui ne proposent pas de décrochage local sont dites passives. En général, les auditeurs qui les écoutent entendent un programme national (que l'on retrouve aussi sur le flux Internet) pendant les tranches réalisées en local ou un cache-écran pendant les flashes ou chroniques locales.
Illustration : carte des fréquences actives et passives de RFM
   
GOLD
Une radio proposant un format musical gold diffuse des disques sortis depuis plusieurs années. Elles s'opposent aux radios dites jeunes qui diffusent essentiellement des titres récents et à la mode. Elles diffusent donc peu de nouveautés. Selon les radios, la plage couverte peut être plus ou moins large et le curseur définissant l'âge à partir duquel un disque devient gold peut aussi varier. Le terme gold qui signifie en anglais or a été repris par les radios françaises aux radios d'outre-Manche ou d'outre-Atlantique.
   
GRANDES ONDES (G.O.)
Les grandes ondes (Long Waves ou LW en anglais) sont utilisées par les stations de radio en modulation d'amplitude pour des communications à moyenne distance (500 à 1 000 km) destinée à être reçues directement par le public. Elles vont de 150 à 291 kHz En France, quatre radios émettent encore en GO : Europe 1, France Inter, RMC et RTL. Les auditeurs français utilisent de moins en moins les grandes ondes lui préférant la réception en FM. Toutefois, les radios maintiennent leurs émetteurs GO afin d'être audibles dans des zones où elles ne sont pas diffusées en FM. Par ailleurs, le signal de France Inter doit être maintenue pour des raisons stratégiques : en cas de catastrophe majeure, la station publique retransmettra les informations officielles des autorités publiques sur son antenne.
   
GRILLE DES PROGRAMMES
Une grille des programmes est l'agencement chronologique des différents programmes d'une radio (émissions, chroniques, journaux…). Dans la majorité des cas, la grille est établie pour la saison (de septembre à juin) mais peut connaître des modifications en cours de saison pour des ajustements pratiques ou stratégiques. Les radios peuvent aussi mettre en place des grilles temporaires à l'occasion d'un évènement particulier (manifestation sportive, élections…) ou de vacances. La plupart des stations propose une grille spécifique durant les vacances estivales. La grille des programmes est établie par la direction de la radio et est pilotée au quotidien par le directeur des programmes.
Illustration : capture d'écran de rtl2.fr par Peuleux
   
HABILLAGE / HABILLAGE ANTENNE / HABILLAGE SONORE
L'habillage antenne d'une radio se compose de différents éléments sonores enregistrés qui donnent à la radio une identité propre. Nous y trouvons ainsi des jingles, des virgules, des tapis, des liners, des tops horaires… mais cela peut aussi passer par le choix des voix qui vont donner vie à ces éléments. L'habillage sonore est intiment lié à la cible d'auditeurs visée par la radio ainsi qu'à son format musical. L'habillage sonore est aussi normalement lié à l'habillage visuel (logo, charte graphique...) et au slogan de la station.
Illustration : Richard Darbois, voix de l'habillage de NRJ
   
INDICATIF
L'indicatif (aussi appelé indicatif musical) est une bande son diffusée au début d'une émission permettant son identification rapide par les auditeurs.
Cette pratique existe depuis l'origine de la radio. Parmi les indicatifs célèbres, citons :
     - "Radioscopie" de Georges Delerue composée pour "Radioscopie" de Jacques Chancel (France Inter),
     - "Les routiers sont sympas" de Vladimir Cosma composée pour "Les routiers sont sympas" de Max Meynier (RTL),
     - "La fileuse" de Felix Mendelssohn pour "Le Masque et la Plume" (France Inter),
     - "Ouverture de Guillaume Tell" de Gioachino Rossini pour "Carrefour de Lodéon" (France Inter puis France Musique),
     - "O Fortuna" de "Carmina Burana" composé par Carl Orff pour "Arthur et les pirates" (Europe 1).
Illustration : pochette du disque 45 tours "Les routiers sont sympa" (RTL)
   
INSERT TELEPHONIQUE
L'insert téléphonique permet de diffuser à l'antenne un interlocuteur (journaliste, animateur, invité, auditeur) qui est en liaison par téléphone. Pour certains directs, les radios utilisent des interfaces qui rendent le son si clair que l'auditeur peut penser que l'intervenant est en studio. C'est par exemple le cas de Nicolas Canteloup sur Europe 1 ou Laurent Gerra sur RTL lorsqu'ils sont en tournée.
   
JINGLE
Le jingle est un élément de l'habillage sonore d'une radio. De longueur variable, les jingles peuvent être parlés ou chantés ou les deux. Leur fonction primaire est d'identifié la radio. Ils peuvent aussi servir à identifier l'émission, la chronique, le jeu ou l'animateur à l'antenne. Parfois, les jingles incluent des éléments publicitaires lorsqu'il y a un partenaire commercial ou institutionnel. Certaines radios font appel à des voix connues du grand public pour faire leur habillage antenne, des voix d'acteurs et actrices français à la voix très reconnaissables. Ainsi, Emmanuel Curtil qui est la voix française de Jim Carrey et de Matthew Perry (Chandler dans 'Friends") a été la voix de Fun radio de 1994 à 1998 puis de 2002 à 2005. Patrick Poivey, voix française de Bruce Willis, a habillé Rire & Chansons, Fun Radio, Vibration, Voltage et Alouette FM. L'une des voix les plus connues en France reste actuellement celle de NRJ incarnée par Richard Darbois, voix française d'Harrison Ford...
Illustration : Richard Darbois, voix de l'habillage de NRJ
   
LIBRE-ANTENNE
La libre-antenne est un format d'émission radiophonique consistant en une discussion entre animateur(s) et auditeurs(s) sur un sujet spécifique. L'esprit qui prédomine ce type d'émissions est la liberté de parole et de ton. Selon les radios et/ou les émissions, les sujets abordés peuvent tourner autour de l'actualité ou de sujets plus personnels (problèmes psychologiques, problèmes relationnels et affectifs, famille…). Elles sont (sauf rares exceptions) en direct et sont souvent programmées en soirée. Certaines libres-antennes ciblent un public spécifique : les jeunes, les parents, les familles de prisonniers, les sans-papiers…
Les premières libres-antennes sont apparues en France à la fin des années 1970 sur les radios pirates et se poursuivront sur les radios libres dans les années 1980. Elles font leur apparition sur les stations commerciales à ambition nationale dans les années 1990.
La première libre-antenne notable sur la bande FM française a été diffusée sur Skyrock : "Bonsoir la planète" animée par Mahler. Mais la libre-antenne a véritablement fait sa révolution avec l'arrivée de "Lovin'Fun" animée par Difool et Le Doc sur Fun Radio. L'émission aborde sans tabou les questions de sexualité dès l'adolescence. D'ailleurs, Fun Radio enfoncera le clou de la libre-antenne de manière magistrale dans les années 1990 avec le duo Max et Génie ou l'émission "Max, le StarSytem".
Toutefois, il ne faut pas oublier qu'avant que le terme de "libre-antenne" rentre véritablement dans le vocabulaire radiophonique, il y avait des émissions de confidence qui utilisent les mêmes ingrédients de base. Ainsi dès avril 1977, Macha Béranger animait "Allô Macha" sur France Inter. L'émission détient le record de longévité dans son domaine : 30 ans et quelques semaines. D'ailleurs, les émissions de confidences ont toujours le vent en poupe auprès d'un public adulte en parallèle des libres-antennes jeunes sur les musicales. Ainsi, depuis 1999, Caroline Dublanche anime "La libre-antenne" sur Europe 1 avec un succès qui l'a élevé au rang d'émission la plus écoutée en fin de soirée fin 2015. Parallèlement, Evelyne Adam connaît un gros succès d'estime sur MFM Radio en soirée.
Illustration : "Lovin'Fun" sur Fun Radio

   
LINER
Le liner est un élément de l'habillage sonore d'une radio. A la différence du jingle, le liner ne comporte qu'une voix sans fond musical ce qui permet de le diffuser durant l'introduction d'un disque par exemple. Illustration : cartouchier Adeuxi
Illustration : cartouchier Adeuxi
   
MEDIALOCALES
Médialocales est le nom donnée à la mesure d'audience des radios au niveau locale. Publiée une fois par an à destination des abonnés de Médiamétrie, cette enquête donne les résultats d'audience de 97 agglomérations, 69 départements et 20 régions de France métropolitaine (hors Paris et Ile-de-France). Pour cela, l'institut interroge des échantillons de population supplémentaires à ses enquêtes nationales, 126 000 radios, par villes, départements et régions.

Pour aller plus loin...

126000 Radio, mode d'emploi | Audiences
   
MEDIAMETRIE
Médiamétrie est une société française spécialisée dans les mesures d'audience pour les chaines de télévision et les radios. Elle opère aussi des études marketing dans le domaine de l'audiovisuel. Depuis les années 2000, la société a élargi ses activités à internet, aux loisirs numériques et aux nouveaux médias. Basée à Levallois-Perret, elle a été créée en juillet 1985 alors que le paysage audiovisuel était en pleine mutation : développement des chaînes privées à la télévision et développement de la bande FM. Médiamétrie assure depuis des mesures d'audience qui se veulent indépendantes des médias mesurées. Pour la radio, Médiamétrie publie une enquête trimestrielle avec des mesures nationale d'audience. Baptisée "126 000 Radio", cette enquête se base sur le sondage de 400 personnes par jour soit 126 000 personnes représentatives de la population française de plus de 13 ans. Quatre enquêtes sont publiées par an : janvier à mars, avril à juin, septembre à octobre et novembre à décembre. Une cinquième basée sur 13 507 personnes de plus de 13 ans couvre les deux mois d'été. Quelques semaines après les résultats nationaux, Médiamétrie publie une enquête "126 000 Radios" spécifique à Paris et à l'Ile-de-France qui de par leur population représente un intérêt commercial stratégique pour les radios. Pour ces deux sondages, Médiamétrie publie un document synthétique accessible à tous, public et médias. Seuls les adhérents peuvent disposer des informations détaillées. Médiamétrie propose d'autres enquêtes au cours de l'année : Médialocales : l'audience des radios au niveau local en France métropolitaine (hors Paris et Ile-de-France). Pour cela, l'institut interroge des échantillons de population supplémentaires par villes, départements et régions. Les résultats publiés couvrent 97 agglomérations, 69 départements et 20 régions. Les résultats sont publiés une fois par an au début de l'été mais ne sont accessibles qu'aux adhérents. Panel Radio : une enquête sur les comportements et habitudes de consommation des français mise en relief par les résultats d'audience. Cette enquête permet ainsi de comprendre les transferts d'audience entre station mais aussi les mouvements d'audience au sein d'une radio sur plusieurs jours. L'enquête est réalisée en deux vagues de sondage (septembre-octobre et janvier-février) couvrant 23 jours de consommation de la radio. Les résultats sont publiés en octobre pour la saison précédente mais mais ne sont accessibles qu'aux adhérents. Métridom : des mesures d'audience dans les quatre départements d'outre-mer français (Guadeloupe, Guyane, Martinique, Réunion). L'enquête basée sur un échantillon de 5 000 personnes représentatives de plus de 13 ans par département est publiée deux fois par an (janvier à juin et mi-septembre à mi-décembre). Outre l'audience, l'enquête étudie aussi la notoriété des stations et les équipements de réception des auditeurs.

Pour aller plus loin...

126000 Radio, mode d'emploi | Audiences
   
MENEUSE DE JEU / MENEUR DE JEU
Spécificité d'Europe 1, les menueurs ou menueses de jeu sont mis à l'antenne dès 1955 pour assurer une continuité de l'antenne et pour participer à l'animation de la grille aux côtés des animateurs et journalistes.
Le terme de meneur de jeu est créé par Louis Merlin, l'un des fondateurs de la station. Au début, les meneurs de jeu avaient un rôle plus proche de celui d'un animateur assurant la présentation de tranche de 2 heures d'antenne. Ces voix ont pour consigne de s'exprimer comme dans la vraie vie avec naturel, simplicité, cordialité et non pas avec un ton pincé et des textes lus comme à l'école.
Dans les années 1960, les menueses de jeu (qui n'ont qu'un prénom et pas de nom de famille) viennent apporter une touche de féminité au milieu des voix très masculines des animateurs et journalistes.
Avec le temps, le rôle des meneuses de jeu (parlons au féminin car il y a de moins en moins de meneurs de jeu) devient le pendant des speakrines de la télévision d'alors avec des interventions ponctuelles à l'antenne. Toutefois certaines ont la chance d'être animatrices ou coanimatrices à part entière selon les opportunités, par exemple pour une émission estivale ou une émission spéciale.
Aujourd'hui, le principal rôle des meneuses de jeu est de donner l'heure, de promouvoir une émision ou un invité à venir, d'annoncer ou désannoncer les disques, de relancer les animateurs ou les journalistes, d'assurer des transistions (par exemple entre une émission est un fil rouge sportif), de lancer des jeux, de relayer les messages des auditeurs ou de lire des messages publicitaires... Parfois, les animateurs auprès de qui elles officient leur laissent un rôle proche de la coanimation.
Cet amoidrissement du rôle des meneuses de jeu a participé à une certaine dévalorisation de leur statut. De plus, dans les années 2010, Europe 1 a recruté plusieurs animatrices en panne de micro pour tenir ce rôle ajoutant à ce sentiment de perte de valeur du rôlr de la meneuse de jeu. Toutefois, le poste reste prestigieux pour la majorité des animatrices pouvant accèder à ce rôle.
Parmi les meneuses de jeu les plus célèbres de la station, nous pouvons citer Vivianne Blassel (des années 1970 à 1981), Maryse Gildas (de 1980 à 1996), Anne Perez (des années 1960 à la fin des années 1980) ou Julie Leclerc qui est à l'antenne depuis les années 1970 et a accompagné les plus grandes voix de la station. RTL, la grande conurrente historique d'Europe 1, a mis en place des speakrines (terme aussi utilisé à la télévision) à la notoriété historique et quotidienne moindre...
Illustration : Julie Leclerc sur Europe 1

Pour aller plus loin...

Entretiens avec... Julia Martin, Sophie Gaillard, Ombeline | Biographie de... Maryse
   
MERCATO
Mercato est un mot italien signifiant marché. Initialement utilisé pour désigner la période durant laquelle ont lieu les transferts de joueurs de football entre clubs, il est désormais utilisé pour parler des transferts d'animateurs et de journalistes entre chaînes de télévision ou stations de radio.
Illustration : visuel "mercato" d'Histoire(s) radiophonique(s)

Pour aller plus loin...

Mercatos
   
MODULATION D'AMPLITUDE (A.M.)
La modulation d'amplitude est un procédé de radiodiffusion qui regroupe les bandes GO (grandes ondes), PO (petites ondes) et OC (ondes courtes). A tort, l'AM est souvent assimilé aux seules ondes moyennes. L'AM permet une couverture plus large que la FM avec une largueur de bande réduite. Elle occupe un spectre limité à deux fois la fréquence maximum présente dans le signale transmis contrairement à la FM. En Europe, les radios publiques et commerciales émettant en AM sont audibles en ondes longues (OL ou GO ou LW de 150 kHz à 281 kHz), en ondes moyennes (OM ou PO ou MW de 520 kHz à 1 620 kHz) en ondes courtes (OC ou SW sur 12 bandes de 2 300 kHz à 26 100 kHz). . Ces ondes sont utilisées par les radios internationales diffusées à travers le monde comme RFI. En Europe, la largeur de canal dans les gammes d'ondes nommées plus haut est de 9 kHz. La qualité de la réception est assurée jusqu'à 1 000 km en moyenne fréquence ce qui permet de diffuser par-delà les océans en bandes HF grâce à la propagation des ondes par réflexion sur les couches ionisées de l'atmosphère. La qualité sonore reste donc inférieure à celle de la FM.
   
MODULATION DE FREQUENCE (F.M.)
La radio en FM utilise un procédé de diffusion en modulation de fréquences dans la gamme des très hautes fréquences (les VHF). La plupart des pays utilisent les fréquences de la bande II de 87.5 à 108.0 MHz. Toutefois, en France, les fréquences 87.5 et 108 MHz ne sont pas attribuées par le CSA ce qui fait que les fréquences FM vont en fait de 87.6 à 107.9 MHz. Les canaux utilisés sont en général des multiples de 100 kHz. En modulation de fréquence, l'information est portée par une modification de la fréquence de la porteuse, et non par une variation d'amplitude. La modulation de fréquence est plus robuste que la modulation d'amplitude pour transmettre un message dans des conditions difficiles. Pour les techniciens les plus puristes, la dénomination "bande FM" est incorrecte puisque la modulation de fréquence est possible dans n'importe quelle bande de fréquences.
   
MULTIPLEXAGE
Dans le cadre de la radio numérique, une fréquence ne correspond plus à une station mais à un bouquet de station. Ce bouquet s'appelle aussi multiplexe. De ce fait, le CSA lance désormais des appels à la concurrence pour organiser le multiplexage comme il met en concurrence les stations pour l'attribution des fréquences. Ainsi le 15 janvier 2013, le CSA a validé la candidature de la société Onde numérique en ce sens. Il faut tout de même noté qu'avec le multiplexage, les radios perdent une certaine forme d'indépendance puisqu'elles ne sont plus maîtresses de leur diffusion. Certains regrettent que la mise en place d'un opérateur unique et commun à toutes les stations marque la fin de cette autodiffusion qui avait permis le développement des radios libres.
   
  P.A.F.
Voir PAYSAGE AUDIOVISUEL FRANCAIS sur cette page
   
PART D'AUDIENCE
La part d'audience, aussi appelée part de marché, est le critère de mesure de l'audience radiophonique qui correspond à la part du volume d'écoute d'une station par rapport au volume totale du média Radio. Autrement dit, si l'audience globale de la Radio était un gâteau, la part d'audience serait la part du gâteau revenant à chaque station.

Pour aller plus loin...

126000 Radio, mode d'emploi | Audiences
   
PAYSAGE AUDIOVISUEL FRANCAIS (P.A.F;)
Le PAF est l'ensemble des services audiovisuels français ce qui correspond à l'ensemble des chaînes de télévision et l'ensemble des stations de radio françaises.
   
PHONEUR
Le phoneur est un échange entre un journaliste ou animateur en studio et un invité au téléphone. Dérivé du mot "phone" pour téléphone en anglais, il s'oppose à une intervention en face à face avec l'invité.
   
POP
le pop est un bruit bref et désagréable pour l'auditeur que la personne parlant dans un micro provoque en ouvrant brusquement la bouche. En effet, en prononçant des consonnes plosives comme P ou B, les mouvements brusques de la bouche provoquent un déplacement d'air qui vient frapper la capsule du micro produisant un "pop". Pour limiter les pops, des bonnettes sont généralement disposées sur les micros. 
   
PREEMPTION DE FREQUENCE
Si les radios privées doivent en passer par le CSA pour obtenir des fréquences, ce n'est pas le cas des radios publiques. L'attribution de fréquences à des radios publiques est de la compétence du Gouvernement. En effet, l'Etat dispose d'un droit de préemption des fréquences radiophoniques qui font partie du domaine public. Ce droit d'usage prioritaire permet à un groupe radiophonique public d'obtenir quasi-automatiquement une fréquence libre.
   
PROGRAMME SERVICE (P.S.)
Le P.S. est une fonctionnalité du RDS permettant d'afficher le nom de la station écoutée sur l'écran du récepteur. Le nom de la station s'affiche en huit caractères alphanumériques.
Si la norme RDS prévoit que les caractères sont fixes, des stations ont réussi à le rendre défilant pour y faire passer des informations dynamiques. En France, SUN le son unique (Nantes) a été la première radio à l'utiliser avec Radio Classique.
A terme, le RDS proposa le Radio text, un service adapté à la diffusion d'informations dynamiques.
   
  P.S. (PROGRAMME SERVICE)
Voir PROGRAMME SERVICE sur cette page
   
PUISSANCE APPARENTE RAYONNEE (P.A.R.)
La puissance apparente rayonnée est la  mesure de puissance d'un émetteur exprimé La puissance apparente rayonnée est une mesure théorique standardisée d'énergie des ondes radioélectriques émises par une antenne exprimée en kilowatts ou watts. Elle résulte de la différence entre les gains et les pertes d'un système de transmission. La PAR prend en compte la puissance de sortie de l'émetteur et les pertes dues aux lignes, connecteurs, le gain et la directivité de l'antenne et différences de niveau du terrain. Le CSA contrôle régulièrement les émetteurs des stations et peut être amené à les mettre en demeure en cas de dépassement.
   
QUOTAS
Afin de défendre la chanson française et l'industrie française du disque, une loi institue des quotas de chansons d'expression française aux radios. A l'incitative du député Michel Pelchat, l'Assemblée nationale a voté cette loi  applicable depuis 1996. Elle définit le volume de chansons françaises que les radios doivent diffuser sur  antenne ainsi que les créneaux horaires de diffusion et les modalités pratiques.
Illustration : casting de l'album "Génération Goldman"

Pour aller plus loin...

Quotas de chansons françaises
   
RADIO LIBRE
En France, dans les années 1980, un mouvement de revendications réclame la liberté d'expression radiophonique et de fin du monopole d'Etat en matière de radiodiffusion. Le président François Mitterrand et son gouvernement mettront en place une législation qui ouvrira l'accès à la bande FM à des radios privées ou associatives. Les radios issues de ce mouvement ont été baptisées "radios libres". Le terme a par la suite été repris par des radios associatives non commerciales se réclamant de ce mouvement. Certaines radios libres ont précédemment été des radios pirates mais pas toutes. Le terme est aussi repris par certaines radios pour désigner une émission de libre-antenne.
   
RADIO ASSOCIATIVE
Une radio est qualifiée d'associative si le statut juridique de l'organisation éditrice est celui d'une association.
   
RADIO DATA SYSTEM (D.A.B.)
Le RDS est un service de transmission de données en parallèle des signaux audio de la bande FM. Le RDS a pour principal avantage de permettre la continuité d'écoute d'une station sans avoir besoin de changer de fréquence lorsque l'on se déplace en voiture ou train. Il faut toutefois que la station écoutée dispose de fréquences dans les différentes zones traversées. Le RDS permet également l'identification de la radio si le poste de réception dispose d'un écran. Peuvent aussi alors apparaitre des informations complémentaires (messages textuels appelés radio text) et la possibilité de passer automatiquement sur une radio autoroutière pour un flash routier Le RDS a été développé à partir de 1974 par l'Union européenne de radio-télévision (UER) et les industriels européens, à l'initiative de l'ORTF.
   
RADIO NUMERIQUE TERRESTRE (R.N.T.)
La radio numérique diffusée par voie hertzienne et terrestre est une évolution du mode de diffusion de la radio comme la TNT (télévision numérique terrestre) l'a été pour la télévision. Toutefois la radio numérique peut aussi être diffusée par satellite ou Internet. Quand la radio analogique hertzienne (en AM ou FM) transmet le son sous forme d'un signal électrique tel quel dans l'onde porteuse, la radio numérique envoie un son numérisé, compressée et transmis en utilisant la bande passante. La radio numérique présente plusieurs avantages par rapport à la radio analogique : la qualité du son est meilleure (son numérique de bout en bout) ; la possibilité de diffuser plusieurs radios sur une même fréquence du fait de la compression des signaux ; la possibilité de véhiculer des informations associées (titre et auteur d'un disque, informations complémentaires…) ; la possibilité de diffuser le son en multicanal. Mais elle présente aussi quelques inconvénients : pour une bonne écoute, le signal numérique doit être pleinement capté sinon la réception sera interrompu alors qu'en analogique, il est possible d'écouter même avec une réception dégradée ; pour diffuser en numérique, les radios devront passer par un multiplexeur, un prestataire technique chargé de coordonner la diffusion de neuf programmes sur une même fréquence En France, la législation relative à la diffusion par voie hertzienne terrestre ou par voie satellitaire en bande L ou en bande S prévoit plusieurs normes de diffusion : T-DMB (terrestrial-digital multimedia broadcasting) dérivée de la technologie DAB (digital audio broadcasting) ou le DRM (digital radio mondiale). Le DAB+ a été ajouté à la liste par décret d'août 2013.
   
  R.N.T.
Voir RADIO NUMERIQUE TERRESTRE sur cette page
   
RADIO PERIPHERIQUE
En France, le terme "radio périphérique" désigne des radios nées dans les années 1950 et émettant en France sur les grandes ondes via un émetteur situé à l'étranger en raison du monopole de l'Etat sur la radio jusqu'en 1981. Bien que l'émetteur soit situé de l'autre côté de la frontière, les sièges sociaux et studios de ces radios étaient bien situés en France. Ironie du sort, ces radios qui contournaient légalement la loi pour exister en France avaient souvent l'Etat français au nombre de ses actionnaires via des sociétés publiques ou parapubliques. La France compte actuellement quatre radios pouvant être qualifiées de périphériques : Europe 1 (émetteur GO en Allemagne) Sud radio (émetteur GO en Allemagne) RMC (émetteur GO à Monaco) RTL (émetteur GO au Luxembourg) La France fût aussi baigné par les ondes de Radio Andorre (depuis Andorre) et Radio Océan – Atlantic 2000 (depuis l'Espagne), deux radios aujourd'hui éteintes. Du fait de la localisation des émetteurs, avant l'arrivée de la bande FM, les français étaient plutôt à l'écoute d'Europe 1 et RTL dans la moitié nord du pays, tandis que Radio Andorre et Sud Radio se concurrençaient sur le quart sud-ouest et que RMC régnait seule sur le quart sud-est.
Illustration : couverture des radios périphériques en 1947 (c) 100 ans de Radio

Pour aller plus loin...

Europe 1 | RMC | RTL | Sud Radio
   
RADIO PIRATE
Une radio pirate est une station de radiodiffusion émettant sans autorisation. Les radios pirates connurent un essor important en Europe du nord au cours des années 1960. Il s'agissait alors généralement de radios commerciales offshore s'opposant au monopole d'État sur la radiodiffusion et émettant depuis les eaux internationales, échappant ainsi en théorie, aux réglementations en vigueur. Le phénomène toucha plus particulièrement la France entre 1969 et mai 1981. Des actions gouvernementales répressives et l'évolution des législations, notamment avec la création du statut de "radio libre" limitèrent progressivement cette pratique.
   
RADIO PRIVEE
Une radio est qualifiée de privée si son financement n'est pas assuré majoritairement par l'Etat.
   
RADIO PUBLIQUE
Une radio est qualifiée de publique si son financement n'est pas assuré majoritairement par l'Etat. C'est le cas des stations de Radio France, de RFO ou de RFI.
   
RADIO TEXT
Le radio text est une fonction du système RDS qui permet d'afficher sur la radio (si elle dispose d'un écran) d'informations supplémentaire en plus du nom de la station écoutée. Il peut s'agir du titre de la chanson, de fréquences ou d'alerte info. Le système est peu utilisé en France probablement du fait des équipements vendus dans les magasins qui comportent rarement un écran. Toutefois, le radio texte préfigure l'un des grands avantages de la radio numérique qui pourra multiplier les informations complémentaires.
En 2008, l'arrivée du RT+ a permis de structurer les données transmises afin de les structurées par nature lors de leur lecture sur des terminaux comme les lecteurs Mp3-radio ou les smartphones.
Avant la mise en place du radio texte, des radios avait détournée le PS (programme service) qui indique le nom de la station pour y diffuser des informations autres comme le titre du morceau diffusé.

Pour aller plus loin...
RADIO DATA SYSTEM
sur cette page
   
  R.D.S.
Voir RADIO DATA SYSTEM sur cette page
   
RESEAU RADIO
A l'origine, un réseau radio était le regroupement de plusieurs radios locales sous un même nom, un même format de programmes et un même logo. Avec l'arrivée des transmissions par satellite au milieu des années 1980, il n'y avait plus besoin d'un animateur par entité d'origine, un seul animateur suffit pour diffuser sur plusieurs émetteurs voir sur la France entière. Toutefois, certains réseaux ont conservés, pour des raisons légales, commerciales ou par tradition, des programmes locaux à certains moments de la journée. Aujourd'hui, le terme réseau est aussi utilisé de manière générique pour toutes les stations nationales ou locales disposant de plusieurs fréquences dont certaines sont actives. Illustration : carte des fréquences actives et passives de RFM
   
SEUIL DE CONCENTRATION
Afin d'éviter qu'un même groupe médias ne cannibalise toute l'audience et donc toutes les recettes publicitaires, la législation a fixé un seuil maximum d'auditeurs potentiels couverts par les émetteurs des différentes radios du groupe. Le plafond est actuellement fixé à 150 millions d'habitants et l'objet de débats soutenus entre le SIRTI et le Bureau de la Radio...

Pour aller plus loin...

Seuil de concentration
   
  S.I.R.T.I.
Voir SYNDICAT INTERPROFESSIONNEL DES RADIOS ET TELEVISIONS INDEPENDANTES sur cette page
   
  S.N.R.L.
Voir SYNDICAT NATIONAL DES RADIOS LIBRES sur cette page
   
  S.R.N.
Voir SYNDICAT NATIONAL DES RESEAUX RADIOPHONIQUES NATIONAUX sur cette page
   
STANDARDISTE
Tout comme un(e) standardiste d'accueil, un(e) standardiste radio gère le téléphone. Mais en radio, son rôle consiste à réceptionner les appels des auditeurs sollicités par intervenir ou réagir dans le cadre d'un jeu, d'un débat, d'une libre-antenne… ou pour contacter les invités intervenants par téléphone. Dans certaines radios, le (la) standardiste intervient souvent à l'antenne à l'invitation de l'animateur jusqu'à devenir une sorte de chroniqueur régulier.
   
STREAMING

Mot anglais, le streaming désigne un flux direct en lecture continue. En radio, le streaming est la possibilité d'écouter une radio en direct via un site Internet ou une application ou bien la possibilité d'écouter une émission en différé sans la télécharger sur son ordinateur.

Aujourd'hui, toutes les radios disposant d'un site Internet y sont audibles en streaming. Les webradios sont diffusées en streaming. Certaines radios proposent un flux streaming qu'il est possible de mettre en pause voir même de revenir en arrière.

   
SYNDICAT INTERPROFESSIONNEL DES RADIOS ET TELEVISIONS INDEPENDANTES (S.I.R.T.I.)
Fondé en 1981, le SIRTI regroupe des radios et télévisions indépendantes qu'il soutient dans leurs démarches administratives et juridiques. Mais le syndicat s'est aussi imposé comme un interlocuteur de poids du CSA, du Ministère de la Culture et de la Communication, des deux chambres parlementaires françaises ou des instances européennes.

Pour aller plus loin...

SIRTI
   
SYNDICAT NATIONAL DES RADIOS LIBRES (S.N.R.L.)
Le Syndicat national des radios libres (SNRL) est organisation professionnelle représentative des radios libres. Il accompagne, conseille, soutient, représente et défend les radios et webradios associatives en France métropolitaine et ultra-marine. Il agit ainsi dans plusieurs domaines :   · le Fonds de soutien à l'expression radiophonique,   · les fréquences et la numérisation,   · les droits d'auteur et droits voisins,   · les ressources humaines,   · la défense prud'homale et arbitrale,   · la formation professionnelle,   · l'éducation aux médias,   · les relations avec les locales de Radio France,   · la coopération européenne.
   
SYNDICAT NATIONAL DES RESEAUX RADIOPHONIQUES NATIONAUX  (S.R.N.)
Le Syndicat national des réseaux radiophoniques nationaux (SRN) regroupe huit radios musicales d'ampleur nationale fonctionnant en réseau. Ces huit radios sont affiliées à quatre groupes médias :   · Groupe NRJ : Chérie FM, Nostalgie, Rire & chansons   · Active : RFM, Virgin Radio   · RTL Group : Fun Radio, RTL2   · Orbus : Skyrock Le Syndicat a été fondé vers le milieu des années 1980 par Marc Pallain, Pierre Bellanger, Pierre Alberti et Patrick Meyer. Nota : NRJ bien que diffusant en réseau n'est pas membre du syndicat.
   
STANDARDISTE
Tout comme un(e) standardiste d'accueil, un(e) standardiste radio gère le téléphone. Mais en radio, son rôle consiste à réceptionner les appels des auditeurs sollicités par intervenir ou réagir dans le cadre d'un jeu, d'un débat, d'une libre-antenne… ou pour contacter les invités intervenants par téléphone. Dans certaines radios, le (la) standardiste intervient souvent à l'antenne à l'invitation de l'animateur jusqu'à devenir une sorte de chroniqueur régulier.
   
TAPIS
Le tapis (ou bed en anglais) est un élément de l'habillage d'une radio qui consiste en un fond musical qui est diffusé en arrière-plan de la voix de l'animateur ou du journaliste. Nous pouvons principalement l'entendre durant les points météo ou les titres des journaux d'information mais aussi pendant un lancement sur une radio musicale.
Illustration : cartouchier Adeuxi
   
TOP HORAIRE
Le top horaire est un élément de l'habillage sonore d'une radio. Diffusé à chaque heure (normalement à l'heure pile), il marque un rythme comme les horloges des églises. Le top horaire s'il est bien travailler peut devenir un élément marquant de l'identité sonore de la radio. Certains tops horaires sont tellement reconnaissables que l'auditeur n'a pas besoin d'entendre le nom de la radio pour la reconnaître. C'est par exemple le cas de l'indicatif de RTL composé par Michel Legrand en 1964, du carillon d'Europe 1 qui retentit depuis 1956, le top horaire de France Info ou même le "Radio number one" de NRJ.
Ces tops horaires ont évolué depuis leur création mais sans jamais perdre leur âme. Certaines stations les adaptent même à l'occasion d'un évènement spécifique. Ainsi Europe 1 a mis son carillon à l'heure américaine lors des élections présidentielles américaines ou à l'heure de Londres pour les 70 ans de l'appel du 18 juin du Général de Gaulle tandis que France Info jouait son top horaire façon années 1910 pour les 100 ans du début de la Première guerre mondiale.
Il faut préciser que le top horaire de France Inter qui débute par trois bips donne l'heure officielle de la France. Ce signal est repris par de nombreuses horloges comme celles des établissements scolaires pour déclencher les sonneries de cours.
   
VIRGULE
La virgule est un élément de l'habillage sonore d'une radio. Comme la virgule en écriture, elle vient ponctuer une transition. Son très court, il est lancé le plus souvent avant ou après un écran publicitaire mais il peut aussi intervenir au milieu d'un journal ou d'une chronique afin de marquer une rupture.
Illustration : cartouchier Adeuxi
   
VOICE-TRACK
Le voice-track est une technique qui constitue à préenregistrer les interventions radiophoniques d'un animateur ou d'un journaliste pour les diffuser au sein d'un programme radio selon les besoins de la station cliente. Aujourd'hui, les sociétés productrices de voice track proposent différents produits : des chroniques : horoscope, cinéma, télévision, éphéméride, actualité musicale, pastille humoristique... des animations antenne allant des interventions d'un animateur entre deux disques à l'émission clé en main, la dernière tendance étant de proposer des matinales ou des drives animés par un ou plusieurs animateurs. Et cela avec ou sans personnalisation. Mais certaines radios produisent leurs propres voice track en interne.

Pour aller plus loin...

Voice-track
  

dernière mise à jour de la page : 11/08/2016